Publicité

Djamel Mazi et Christophe Kenck ("Sur la ligne") : "On a une pression vis-à-vis des téléspectateurs"

Bande-annonce de
Bande-annonce de "Sur la ligne" présenté par Djamel Mazi et Christophe Kenck sur France 2 - Jean-Luc POLION

A l'occasion du lancement ce jeudi 12 janvier 2023 du nouveau magazine d'information de France 2, puremedias.com a échangé avec les deux journalistes de "Sur la ligne", Djamel Mazi et Christophe Kenck.

Ils incarnent un nouveau rendez-vous d'information internationale. Ce soir, à 23h, France 2 lance une émission d'enquête à dimension internationale, baptisée "Sur la ligne". Pour le premier numéro du magazine, le programme s'est penché sur la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique et la vie des habitants de ces deux pays, séparés par un mur quasi-infranchissable.

Et pour en parler, puremedias.com a échangé avec les deux journalistes incarnant "Sur la ligne", Djamel Mazi, ancien présentateur sur franceinfo:, et Christophe Kenck, reporter de guerre, ayant notamment collaboré avec "Envoyé spécial". En plein tournage du prochain numéro, le tandem nous a accordé un entretien par téléphone depuis le lieu du deuxième épisode de l'émission.

Propos recueillis par Florian Guadalupe.

puremedias.com : Comment est née cette émission ?
Christophe Kenck :
D'une histoire toute simple. La direction de l'information cherchait à remettre un magazine international à l'antenne sur France 2. Le dernier qui avait été proposé est "Un oeil sur la planète". Il s'était arrêté il y a six ans. J'étais au courant de ça. J'ai exhumé un projet que j'avais écrit il y a cinq ans, qui s'appelait "Frontières". Je m'étais dit que c'était pas mal de rappeler les histoires des frontières à travers le monde et les histoires des personnes qui vivent d'un côté comme de l'autre. Les frontières à la fois physiques, mais aussi naturelles,...

Lire la suite


À lire aussi

David Rachline (RN) aurait fait retirer à Fréjus des exemplaires de "L'Express" comprenant une enquête sur lui
Purecharts lance les purecharts Awards, les premiers trophées musicaux 100% digitaux
"On m'appelait Yanis la pute" : Le témoignage émouvant de Yanis Marshall victime d'homophobie