Publicité

Onze Palestiniens tués dans un raid militaire israélien en Cisjordanie (nouveau bilan)

Nouveau bain de sang en Cisjordanie occupée. Au moins onze Palestiniens, dont un adolescent de 16 ans, ont été tués et plus de 80 autres blessés par balles lors d'un raid militaire israélien à Naplouse.

Il s'agit de l'incursion la plus meurtrière en Cisjordanie depuis 2005 au moins, à égalité avec celle du 26 janvier à Jénine, également dans le nord de la Cisjordanie, durant laquelle 10 Palestiniens, parmi lesquels des combattants et une sexagénaire, avaient été tués.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a indiqué avoir mené à Naplouse une "opération antiterroriste" au cours de laquelle "trois suspects recherchés et impliqués dans des attaques armées (en Cisjordanie) et planifiant des attaques pour un futur immédiat (ont) été neutralisés".

En plus de l'adolescent, des hommes âgés de 23 à 72 ans ont été tués au cours de l'incursion, a annoncé le ministère palestinien de la Santé. Le Jihad islamique a indiqué qu'un des commandants locaux de sa branche militaire faisait partie des morts.

Au moins 82 personnes ont été hospitalisées pour des blessures par balles dans différents établissements de cette grande ville palestinienne, dont certaines sont dans un état grave, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Sur Twitter, le ministre palestinien des Affaires civiles Hussein al-Cheikh a dénoncé un "massacre" et appelé la communauté internationale à "intervenir immédiatement".

Les forces israéliennes multiplient depuis près d'un an ce qu'elles présentent comme des opérations "antiterroristes" à la recherche de "suspects" dans le nord de la Cisjordanie, particulièrement dans les villes de Naplouse et Jénine, bastions de groupes armés palestiniens.

Ces derniers affrontements surviennent sur fond d'un regain de violences depuis le début de l'année en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

Depuis le début de l'année, le conflit israélo-palestinien a coûté la vie à 58 Palestiniens , neuf civils israéliens.

AFP