Disparue dans les années 70, son crâne retrouvé en 1986 : la mystérieuse mort de Wanda, 19 ans

·2 min de lecture

La police américaine a lancé la semaine dernière un appel à témoins afin d’obtenir de l’aide dans l’enquête sur la mort d’une jeune fille disparue dans les années 1970, dont le crâne retrouvé en 1986 n’a été identifié que récemment.

Elle a récemment retrouvé son identité, mais personne ne sait ce qui lui est arrivé. Jeudi, la police de l’Oregon a lancé un appel à témoins afin d’obtenir toute information susceptible de faire la lumière sur la mort de cette jeune fille dont le crâne n’a été identifié que récemment. Le mystère a débuté en 1986, lorsque des gardes forestiers ont trouvé un morceau de crâne humain, des os et une dent, près de Government Camp, dans le comté de Clackamas, dans l’Oregon. Une semaine après cette macabre découverte, le médecin légiste avait annoncé que ces restes humains appartenaient à une jeune femme ou à un petit homme. Il avait également fait savoir que ces os se trouvaient probablement dans la forêt depuis dix ans ou plus. Mais la police à l’époque n’a pas pu récolter d’autres informations sur cette affaire.

Qui était cette personne ? Que lui est-il arrivé ? Finalement, en 2005, les restes avaient été de nouveau examinés, sans toutefois donner plus de résultats dans l’immédiat. Ce n’est qu’en 2008, 22 ans après la sordide découverte, qu’un médecin anthropologue de la police d’Etat de l’Oregon a pratiqué un nouvel examen minutieux. Grâce aux progrès de la science, il a pu combiner ses recherches avec des analyses ADN effectuées à partir du crâne, à l’Université de North Texas. Les résultats ont permis d’affiner un peu plus le profil de la personne à qui appartenait le crâne. Les autorités avaient annoncé qu’il s’agissait d’une jeune fille qui se situait à la fin de l’adolescente ou au début de la vingtaine, explique la police de Clackamas dans un communiqué.

Avec le nouvel élan donné à l’enquête, une spécialiste en imagerie médico-légale du bureau du shérif avait réalisé une reconstruction faciale à partir du crâne,(...)


Lire la suite sur Paris Match