Publicité

Disparition de Lina : trois personnes placées en garde à vue

La gendarmerie de Schirmeck, dans le Bas-Rhin est à la recherche de Lina, 15 ans, disparue depuis le 23 septembre 2023.
Gendarmerie de Schirmeck La gendarmerie de Schirmeck, dans le Bas-Rhin est à la recherche de Lina, 15 ans, disparue depuis le 23 septembre 2023.

FAITS DIVERS - Un sursaut dans l’enquête, six mois après ses débuts. Trois personnes ont été placées en garde à vue ce mardi 26 mars dans le cadre de la disparition de la Lina. L’adolescente de 15 ans est introuvable depuis le 23 septembre 2023.

Il s’agit des toutes premières gardes à vues opérées dans cette enquête. Les trois individus, un couple et un homme interpellé à son domicile, sont entendus par les gendarmes de la section de recherches de Strasbourg.

Ces auditions doivent permettre aux enquêteurs d’effectuer « des vérifications », de « fermer des pistes », a précisé une source proche de l’enquête, confirmant une information du Parisien. Elles doivent permettre de clarifier des incohérences identifiées dans leurs emplois du temps, le jour de la disparition de la jeune fille.

De son côté Le Parisien précise cependant que « rien n’indique à ce stade que le ravisseur de Lina soit parmi ces personnes ». Au moins quatre témoins ont également été convoqués pour être entendus librement.

Disparue alors qu’elle rejoignait son petit ami

L’adolescente de 15 ans a disparu après avoir quitté son domicile, à Plaine (Bas-Rhin), le 23 septembre en fin de matinée. Elle se rendait à la gare de Saint-Blaise-la-Roche, à environ trois kilomètres de là, un trajet à pied qu’elle avait l’habitude de faire.

Elle devait rejoindre son copain à Strasbourg. Ne la voyant pas arriver, c’est lui qui a alerté la mère de la jeune fille. Des témoins, dont l’ancien maire du village, ont vu Lina marcher sur une petite route en direction de la gare entre 11 h 15 et 11 h 30. Le téléphone de l’adolescente a cessé d’émettre à 11 h 22 et n’a pas été retrouvé.

Plusieurs battues ont été organisées après sa disparition mais n’ont pas permis de découvrir d’indices probants. Des points d’eau ont également été sondés, sans résultats. Une autre source proche de l’enquête avait indiqué la semaine passée à l’AFP que « toutes les hypothèses restaient ouvertes » dans cette affaire.

À voir également sur Le HuffPost :

Disparition d’Émile : au Haut-Vernet, une reconstitution grandeur nature huit mois après les faits

Le dépôt de plainte en visioconférences généralisé à compter de ce lundi, comment ça fonctionne ?