Publicité

Disparition de Lina : Sa plainte pour viol classée sans suite, l'avocat de sa mère en colère, il agit !

Lina a disparu le 23 septembre dans le Bas-Rhin. Mais ce vendredi 2 février, sa mère Fanny et son avocat Me Matthieu Airoldi se sont exprimé publiquement sur une autre problématique : le classement sans suite d'une plainte pour viol déposée par Lina il y a un an et demi.

Une conférence de presse un peu particulière s'est tenue ce vendredi 2 février. Diffusée sur BFMTV, elle a mis en scène Fanny Groll, la maman de Lina, jeune femme disparue le 23 septembre dernier dans le secteur de La Plaine dans le Bas-Rhin, et son avocat Me Matthieu Airoldi. Si la jeune femme n'a toujours pas été retrouvée, l'avocat de sa mère a tenu à souligner une défaillance du système judiciaire concernant une plainte pour viol en réunion déposée par la jeune femme il y a un an et demi.

L'avocat a expliqué que Lina avait 13 ans et demi au moment des faits. Que le viol avait eu lieu lors d'une "activité de fin d'après-midi" au cours de laquelle "elle passait un moment avec deux ou trois amis et où elle a été abusée". Lina avait alors porté plainte contre deux personnes mais cette dernière s'est retrouvée classée sans suite en raison de faits non suffisamment caractérisés comme l'avait indiqué BFMTV. Sauf que cette décision n'a pas été transmise à la famille de Lina qui ne peut donc plus espérer de confrontation avec les supposés violeurs de Lina.

Une plainte déposée pour "plainte mal traitée"

L'avocat a précisé qu'il ne voulait pas qu'un amalgame soit fait entre cette affaire de viol et la disparition de Lina. Il a également décidé que la maman de Lina porterait plainte "avec constitution de partie civile dans ce dossier-là", jugeant la "plainte mal traitée" :...

Lire la suite


À lire aussi

Alain Colas et sa tragique disparation en mer : 44 ans après, le mystère n'est pas résolu
Disparition de Lina, 15 ans : rebondissement concernant sa plainte pour viol contre deux jeunes hommes, la justice intervient
Norman Thavaud accusé de "viols" et corruption de mineurs, l'enquête est classée sans suite