Publicité

Disparition d’Émile : avant le grand-père, les personnes qui ont intrigué les enquêteurs

Alors que les enquêteurs s'intéressent de près au passé du grand-père du petit garçon disparu, présentation des personnages qui ont émergé au fil de l'enquête.

A la suite de la disparition du petit Emile, les habitants du hameau du Haut-Vernet s'étaient mobilisés pour tenter de le retrouver (Photo : NICOLAS TUCAT / AFP)

Huit mois après les faits, le mystère reste entier. Depuis la disparition du petit Émile, âgé de deux ans et demi, en juillet dernier dans les Alpes de Haute-Provence, les enquêteurs ont multiplié les investigations et exploré un certain nombre de pistes, sans parvenir à retrouver la trace du petit garçon.

Les dernières investigations réalisées ont cependant fait ressurgir le passé troublant du grand-père d'Émile et notamment ses tendances autoritaires et violentes au sein d'une communauté religieuse qu'il avait fréquenté dans les années 1990. Avant le sien, d'autres profils avaient intrigué les enquêteurs, qui n'ont toutefois (et jusqu'ici) procédé à aucune garde à vue dans cette affaire.

  • Dans un premier temps, la police s'était intéressé à un jeune agriculteur, voisin de la famille d'Émile dans le hameau du Haut-Vernet. Le matin précédant le drame, ce dernier se serait disputé avec le grand-père pour un motif inconnu. Midi Libre affirme par ailleurs que ce jeune homme était connu dans le hameau pour "sa conduite dangereuse" et "son profil de marginal". Cet individu âgé de 16 ans a été entendu à plusieurs reprises par la police, mais ne fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire.

  • Le passé du père d'Emile a également rapidement ressurgi au cours de l'enquête. Ce dernier a en effet appartenu il y a quelques années à un groupuscule néofasciste, "Bastion Social", qui avait ensuite été dissous par le ministère de l'Intérieur. En 2018, il avait même été jugé pour des soupçons de violences racistes et finalement été relaxé, d'après BFM DICI.

  • Parmi les pistes explorées par les enquêteurs figure également celle des trois ouvriers qui auraient coulé une dalle de béton chez un particulier habitant le hameau, le jour de la disparition d'Émile. Décrits par un témoin, dans les colonnes de l'hebdomadaire d'extrême droite Valeurs Actuelles, comme ayant "un fort accent slave", ces trois individus ont été entendus par la police. La dalle de béton qu'ils avaient posé a ensuite été détruite, mais aucun indice en rapport avec la disparition de l'enfant n'a pu être relevé.

  • Plusieurs habitants du Haut-Vernet ont également été interrogés par les forces de l'ordre, qui ont notamment posé de très nombreuses questions à un couple de sexagénaires. Dans les premiers jours suivant la disparition du petit garçon, alors que les recherches battaient leur plein, le mari aurait en effet affirmé avoir "vu Émile seul, dans une des rues descendante du village", le jour de sa disparition. Selon Biba, le couple avait ensuite pris l'étrange décision de s'absenter, ce qui a conduit les enquêteurs à se pencher sur leur cas. Après trois heures d'audition pour le sexagénaire et deux pour sa compagne, le couple a été laissé libre et aucun soupçon ne pèse contre lui.