Publicité

Disparition de Delphine Jubillar : "En contact avec le corps…", ce lieu précis qui intéresse à nouveau les enquêteurs

Nouveau rebondissement dans la disparition de Delphine Jubillar. Il y a quatre mois, après des années d'enquête, les juges d'instruction avaient décidé de clore l’instruction sur l'infirmière, qui s'est volatilisée dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Cette décision ouvrait la voie à un procès pour Cédric Jubillar, accusé du meurtre de son épouse qui a toujours clamé son innocence. Mais ce jeudi 8 février, la justice a fait machine arrière. Le parquet général de Toulouse a en effet demandé un supplément d’information. La raison de ce revirement ? Deux nouveaux éléments portés à l'attention de la justice. Le premier : une conversation téléphonique entre un détenu et sa mère. Le deuxième : le témoignage d’un homme. Mais selon Le Parisien, les enquêteurs vont devoir vérifier plusieurs autres choses. Le parquet va en effet auditionner prochainement "deux personnes qui se sont manifestées ces dernières semaines en prétendant avoir des révélations à faire sur l’affaire Jubillar". Les enquêteurs vont également devoir écouter "une femme se présentant comme douée de pouvoirs de voyance". Cette demande, formulée par les avocats de Cédric Jubillar, porte sur un lieu très précis non loin de Cagnac-les-Mines. Selon le Parisien, elle a adressé un courrier en 2022 dans lequel elle disait être "en contact avec le corps de Delphine". Elle parlait alors d'une "ferme située sur une commune proche de Cagnac-les-Mines dans laquelle l’infirmière (...)

Lire la suite sur Closer

Caroline Receveur touchée par un cancer : “une libération !”, ce changement physique qu’elle ne regrette pas
Astrologie 2024 : ce qui attend le signe de la Vierge en février au travail
Tony Parker célibataire : le basketteur a rompu avec Alizé Lim, "après trois années de vie commune"
Loana victime d’un viol : “un AVC en direct…”, l’équipe de TPMP au coeur d’une tempête
Philippe Caubère : l’acteur mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineurs