Publicité

Disparition d’Emile : à 50 kilomètres du Haut-Vernet, un péage d’autoroute scruté par les enquêteurs

Bientôt sept mois que le petit Emile s’est volatilisé. Ce lundi 29 janvier, le procureur de la République d’Aix-en-Provence s’est exprimé quant à l’avancement de l’enquête autour de la disparition du garçonnet de deux ans, dans le village du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence) le 8 juillet 2023.

« Nous sommes dans le temps long des analyses techniques », a d’abord indiqué Jean-Luc Blachon, procureur de la République à BFMTV, avant d’ajouter : « l’enquête ne piétine pas […] le dossier est vivant, il est très vivant ».

À lire aussi Disparition d’Émile : les gendarmes perquisitionnent les appareils numériques du voisinage

Pour mener à bien ces investigations, une quinzaine de membres de la section de recherche de Marseille continue d’éplucher de « très nombreuses informations », recueillies notamment lors de perquisitions effectuées au mois de novembre.

« On sait ce que l’on cherche »

Parmi les données en cours de vérification : la téléphonie et les 50 000 images de vidéosurveillance d’un péage de l’autoroute l’A51, situé à une cinquantaine de kilomètres du village du Haut-Vernet. D’après les enquêteurs, l’analyse de ces vidéos pourrait permettre de déterminer si un individu dont le téléphone avait borné dans la zone au moment de la disparition est passé par ce péage, indique le Figaro.

À lire aussi Disparition d’Émile : devenu un « défouloir », un groupe Facebook de soutien a été supprimé

D’après un membre de la section de recherche interrogé par BFMT...


Lire la suite sur ParisMatch