Le directeur de la Villette, cumulard des rémunérations «confortables»

Libération.fr
Didier Fusillier, actuel directeur du parc de la Villette, en juin 2015.

Didier Fusillier, actuel directeur de la Villette, est épinglé dans un rapport de la chambre régionale des comptes Hauts-de-France pour des émoluments passés au Manège de Maubeuge sans rapport avec son temps de travail effectif.

«Confortable», c’est l’adjectif qui qualifie le salaire de Didier Fusillier, dans un rapport de la Chambre régionale des comptes des Hauts-de-France, alors qu’il était directeur de la scène nationale Le Manège de Maubeuge, entre 1990 et 2015, a pointé un article du journal 20 Minutes datant du 18 mai. Car Didier Fusillier est habitué à cumuler les fonctions. A l’époque du Manège de Maubeuge, il ne se consacrait qu’en partie à ce lieu culturel puisqu’il a également été directeur de Lille 3000 de 2005 à 2015. Actuellement directeur de La Villette, nommé par François Hollande, ancien conseiller culturel de Martine Aubry pour la campagne de 2012, Didier Fusillier avait créé le Manège de Maubeuge en 1990, puis était devenu directeur de la Maison des arts de Créteil en 1993 dans la foulée.

«En matière de ressources humaines, la rémunération du précédent directeur de la structure [Didier Fusillier donc, car un nouveau directeur, Géraud Didier, a été nommé en janvier 2016] a été maintenue à hauteur de 75% de son salaire de référence alors qu’il n’assurait ces fonctions que pour un tiers-temps», note ce rapport, tout en montrant que la situation financière du Manège est équilibrée. Créateur du Manège, Didier Fusillier a fini par quitter cette scène nationale en 2016. Il y a mené une action avec «un retentissement important, ce qui lui a valu d’être appelé à de nouvelles missions à Lille5, à Créteil et aujourd’hui à Paris» souligne toujours la chambre régionale des comptes des Hauts-de-France.

Didier Fusillier ayant quitté son poste, la CRC n’a pas émis de recommandation sur le sujet, la situation ayant été régularisée de fait, mais a mentionné qu’elle aurait dû à l’époque être «corrigée». De son côté, l’intéressé a répondu que son salaire a été (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

ImageSingulières, miroirs à facettes
Sète, la bonne marge à suivre
Photo London : 10 paysages à la page
«68, les archives du pouvoir», aux Archives nationales, jusqu’au 17 septembre à l’Hôtel de Soubise, jusqu’au 22 septembre au site de Pierrefitte-sur-Seine
«Le Monde vu d’Asie», au Musée national des arts asiatiques-Guimet, jusqu’au 10 septembre