DIRECT. La 3e tentative a été la bonne : la mission Artemis 1 a décollé pour la Lune

RED HUBER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Mercredi 16 novembre, c'était la nouvelle tentative pour lancer SLS, la plus puissante fusée de l'histoire : le départ prévu initialement à partir de 07H04 heure de Paris a eu lieu environ une heure plus tard. Ce décollage très attendu était à suivre en direct sur le site de Sciences et Avenir.

Il a déjà eu deux tentatives ratées, le 29 août et le 3 septembre 2022. Mais, mercredi 16 novembre, la 3e tentative a été la bonne. La Nasa a lancé sa méga-fusée SLS vers la Lune. Il s'agit du premier volet du programme Artemis 1 ; Artemis 3, prévu pour 2025 ou 2026, doit marquer le retour des astronautes américains sur le sol de notre satellite. Le décollage est à voir dans le tweet de la Nasa placé ci-dessous.

Lancement d'Artemis 1 : un direct vidéo sur le site de Sciences et Avenir

Le lancement était programmé mercredi à partir de 01H04 heure locale (06H04 GMT, soit 07H04 à l'heure de l'Hexagone). Il était à suivre en direct ci-dessus. La fenêtre de tir possible durait deux heures, et le lancement a eu lieu vers 8H.

Une météo au vert pour le lancement de SLS

Quelques heures avant le décollage espéré, des pontes de la Nasa avait statué lundi sur le risque d'un échec du décollage associé à l'endommagement par l'ouragan Nicole d'une fine couche de mastic au niveau de la capsule Orion. Il s'agissait d'évaluer si cette couche de mastic pourrait se détacher davantage au moment du décollage.

Du côté de la la météo, les signaux étaient au vert, avec 90% de chances de temps favorable durant la fenêtre de tir.

Mais l'incertitude demeurait importante mercredi matin. Une équipe de spécialistes a dû intervenir pour juguler une fuite d'hydrogène. La vidéo diffusée sur son fil Twitter par la NASA montre ci-dessous cette "red crew" (équipe rouge) intervenant sur le lanceur. De fait, le décollage qui pouvait avoir lieu à partir de 7H04 avait été décalé. Pour finalement avoir lieu, une heure plus tard.

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi