Diplomatie. Des saisonnières marocaines bloquées en Espagne après la récolte des fraises

·1 min de lecture

Chaque saison, des milliers de Marocaines prêtent main-forte à la récolte des fraises en Espagne. Mais en raison des tensions diplomatiques qui ont gelé les échanges entre Madrid et Rabat, elles ne peuvent rentrer chez elle, indique El País.

La crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc a des répercussions à tous les niveaux. Comme à chaque saison, des milliers de Marocaines traversent la Méditerranée entre décembre et mars pour ramasser des fraises dans le sud de l’Espagne, notamment dans la province de Huelva, première région exportatrice en Europe.

Mais cette fois-ci, les quelque 12 600 travailleuses ne peuvent pas, pour l’instant, rentrer chez elles. Les autorités marocaines ont cessé leurs échanges avec les coopératives espagnoles, conséquence de la crise diplomatique entre les deux pays, aggravée à Ceuta à la mi-mai.

À lire aussi: Vu du Maroc. Après l’arrivée massive de migrants à Ceuta, “Madrid doit revoir ses calculs”

Le retour des saisonnières, qui devait commencer lundi 31 mai, n’est possible qu’avec l’assentiment de Rabat, alors que “les entreprises du secteur espéraient affréter deux bateaux par semaine pendant les deux premières semaines de juin et un troisième à partir de la troisième semaine” afin de faciliter les voyages, indique le quotidien espagnol El País. Avant d’ajouter :

Le silence du Maroc inquiète les agriculteurs, le gouvernement et les travailleuses, qui craignent d’être piégées en Espagne.”

Mauvaise affaire pour les Marocaines

Les ouvrières gagnent un peu plus de 40 euros par jour, plus les heures supplémentaires, “mais elles doivent payer l’électricité l’eau ainsi que leur nourriture et

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles