Publicité

Dinosaures : c'est de leur faute si on ne vit pas jusqu'à 200 ans

Il y a plus de 70 millions d’années, les dinosaures régnaient d’une main de maître sur la planète. Placés au sommet de la chaîne alimentaire, ils ont dominé leur époque au point d’avoir influencé le processus de vieillissement de certains mammifères actuels. Dans une étude publiée le 30 novembre dans la revue BioEssays, João Pedro de Magalhães, un professeur de biogérontologie moléculaire de l’université de Birmingham, a en effet révélé que les humains vieillissaient plus vite que d’autres animaux à cause des dinosaures. Une hypothèse étonnante qu’il qualifie de "goulot d'étranglement de la longévité".

"Certains des premiers mammifères ont été contraints de vivre au bas de la chaîne alimentaire. Ils ont probablement passé 100 millions d'années, à l'époque des dinosaures, à évoluer pour survivre grâce à une reproduction rapide. Cette longue période de pression évolutive a, selon moi, un impact sur la façon dont nous, les humains, vieillissons", indique l’expert dans un communiqué. Plus concrètement, l’évolution et le vieillissement global des mammifères auraient donc évolué à cette époque pour survivre aux dinosaures. Dans son étude, João Pedro de Magalhães évoque une certaine perte moléculaire : le système de protection de l’ADN par photolyase. Pour rappel, il s’agit d’une enzyme qui permet à l’organisme de réparer les dommages causés par l’exposition aux rayons UV du soleil sur l’ADN. Cette capacité aurait alors été perdue chez les mammifères euthériens, dont font partie les humains. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Et si les batteries fonctionnaient aux bactéries ?
Est-il possible d'aller plus vite que la lumière ?
Peut-on vivre éternellement ?
Quels sont les éléments sur le tableau de bord d'un TGV ?
Combien de temps peut-on retenir sa respiration?