Publicité

Le dinosaure « Mamenchisaurus sinocanadorum » avait un cou plus long qu’un bus

Une image de Mamenchisaurus sinocanadorum. (photo d’illustration)
Une image de Mamenchisaurus sinocanadorum. (photo d’illustration)

SCIENCES - Ce dinosaure, qui parcourait l’Asie de l’Est il y a plus de 160 millions d’années, était-il doté du plus long cou de l’Histoire terrestre ? Une nouvelle analyse des os du cou et du crâne d’un Mamenchisaurus sinocanadorum a révélé que l’espèce possédait un cou d’une quinzaine de mètres de longueur, soit une fois et demie la longueur d’un bus à impériale ou six fois celui d’une girafe, rapporte The Guardian.

Et pourtant, l’animal n’était pas franchement un inconnu jusque-là. Les restes fossilisés de ce dinosaure ont en effet été récupérés dès 1987 à partir de roches vieilles de 162 millions d’années, dans la région ouïghoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. Mais la longueur totale de son cou n’a été réévaluée que récemment par des scientifiques.

Le Mamenchisaurus sinocanadorum faisait partie des énormes sauropodes herbivores qui avaient une taille allant jusqu’à 50 mètres du museau à la queue et pesaient plus de 70 tonnes. Bien qu’il ne reste qu’une poignée d’os de ce dinosaure, les chercheurs ont pu estimer la longueur de son cou en comparant les restes avec des fossiles complets appartenant à des dinosaures étroitement apparentés.

Des vertèbres légères et creuses, leur permettant de ne pas s’effondrer

« Mamenchisaurus sinocanadorum est peut-être le sauropode au cou le plus long découvert jusqu’à présent, mais il y a de fortes chances qu’il y ait des sauropodes plus grands et plus longs errant autour du Jurassique supérieur de ce qui est aujourd’hui la Chine », a déclaré auprès du Guardian Andrew Moore, paléontologue à l’Université Stony Brook, à New York.

« À moins que nous nous disions que nous avons découvert par hasard le plus grand sauropode individuel qui ait jamais existé, notre hypothèse par défaut devrait toujours être qu’il y avait des animaux plus gros là-bas. Nous ne pouvons qu’espérer que certains de ces titans se sont fossilisés et n’attendent que d’être découverts par les paléontologues », a-t-il ajouté.

Ce long cou aurait notamment permis à ce dinosaure colossal de brouter de vastes zones de végétation tout en restant immobile, lui faisant économiser de l’énergie.

Mais comment ces sauropodes ont pu développer des cous aussi longs et des corps aussi grands sans s’effondrer sous leur propre poids ? Les scans aux rayons X des fossiles de cette espèce montrent que leurs vertèbres étaient légères et creuses, avec des espaces aériens représentant les deux tiers aux trois quarts de leur volume. Des caractéristiques squelettiques similaires sont observées chez les oiseaux, et leur permettent de minimiser leur poids pour voler.

Chez les sauropodes, ces squelettes légers seraient susceptibles de se fracturer, mais le dinosaure retrouvé en Chine avait des côtes de cou en forme de tige - des extensions osseuses des vertèbres - qui raidissaient le cou et amélioraient sa stabilité. D’où la conclusion des chercheurs sur la longueur record du cou de l’animal.

À voir également sur Le HuffPost :

Dinosaures: ces incroyables illustrations de Julius Csotonyi vont vous faire remonter le temps

Découverte de dinosaure: voici Dreadnoughtus schrani, l’énorme dinosaure de près de 60 tonnes