Dilemme pour les Etats-Unis : que faire des milliers d'Haïtiens massés à l'entrée du Texas ?

·2 min de lecture

Les Etats-Unis sont confrontés à une arrivée massive de migrants haïtiens depuis la frontière mexicaine. En réaction aux expulsions "inhumaines" ordonnées par Washington, l'émissaire américain en Haïti a démissionné.

C'est une scène filmée il y a deux jours à l'aéroport de Port-au-Prince, capitale de Haïti. Des hommes fraîchement débarqués d'un vol charter depuis les Etats-Unis tentent de récupérer leurs effets personnels.

La politique américaine en matière d'immigration, notamment à l'égard des Haïtiens, fait l'objet de critique au sein même de l'administration Biden.

Dernière illustration en date : l'annonce de la démission de Daniel Foote, qui était depuis deux mois, l'émissaire américain en Haïti.

Dans sa lettre de démission, il explique :

Je ne m'associerai pas à la décision inhumaine et contre-productive des Etats-Unis d'expulser des milliers de réfugiés haïtiens et d'immigrants illégaux en Haïti, un pays où nos fonctionnaires sont confinés dans des complexes sécurisés en raison du danger que représentent les gangs armés contrôlant la vie quotidienne.

Daniel Foote
émissaire américain en Haïti

Les récentes images de ressortissants haïtiens traqués par des gardes-frontières à cheval au Texas ont choqué l'opinion, et mis en lumière les conditions de vie de ces migrants qui tentent à tout prix d'entrer aux Etats-Unis.

Ils fuient la misère et l'insécurité qui règnent dans leur pays.

Certains d'entre eux ont traversé plusieurs pays d'Amérique latine, avant de se rapprocher de l'Eldorado américain.

Ils sont aujourd'hui des milliers à s'entasser dans des villes mexicaines proches de la frontière américaine.

Les autorités mexicaines se sont engagées à ne pas expulser ces migrants.

Ces gens ne sont pas sous le coup d'une expulsion. Nous devons nous occuper d'eux, nous devons voir s'ils ont une demande d'asile, et le cas échéant, les régulariser.
Il faut que les choses se fasse de manière ordonnée.

Francisco Garduno
directeur de l'Institut national des migrations du Mexique

Les États-Unis ont suspendu les expulsions de migrants haïtiens après le séisme qui a frappé l'île à la mi-août. Mais ils ont repris ces expulsions le week-end dernier.

Le Texas a renforcé la surveillance des frontières pour tenter d'endiguer l'afflux de migrants sur son sol.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles