Diffamation. Dominion demande 1,3 milliard de dollars de dommages-intérêts à Rudy Giuliani

The New York Times (New York)
·1 min de lecture

Le fabricant de machines de vote électronique a attaqué l’avocat de Donald Trump en diffamation. Ce dernier avait propagé une des théories du complot “les plus farfelues” au sujet de la présidentielle de 2020, souligne le New York Times.

La société Dominion Voting Systems a déposé, lundi 25 janvier, une plainte en diffamation contre Rudy Giuliani, l’avocat personnel de Donald Trump, qui a cherché à faire annuler les résultats de la présidentielle 2020, rapporte le New York Times.

Selon cette plainte, intentée devant la justice fédérale, le fabricant de logiciels et de machines de vote électronique accuse l’ancien maire de New York d’avoir mené “une campagne de désinformation virale contre Dominion”, constituée d’allégations “manifestement fausses”.

À lire aussi: Vidéo. Rudy Giuliani sombre, sa teinture coule

Dominion cherche à obtenir la bagatelle “de 1,3 milliard de dollars de dommages-intérêts”, annonce le quotidien new-yorkais. La plainte se fonde sur plus de 50 déclarations faites par Rudy Giuliani sur Twitter, lors d’audiences, dans le cadre de son podcast et dans les médias conservateurs.

L’avocat aurait ainsi élaboré le “récit fictif” selon lequel le fabricant de machines de vote électronique était au centre d’un complot pour faire élire Joe Biden, note le New York Times.

Bientôt privé de sa licence d’avocat ?

Un des plus proches conseillers et confidents de Donald Trump, Giuliani a commencé à payer le prix des efforts qu’il a menés “pour inverser le résultat des élections”, observe le quotidien. La commission

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :