Publicité

Diabète : une nouvelle forme d'insuline orale pour remplacer les injections ?

Diabète : une nouvelle forme d'insuline orale pour remplacer les injections ?

Des scientifiques ont mis au point un moyen d'administrer de l'insuline par voie orale, sous forme de gélule ou de chocolat sans sucre, et l'ont testé avec succès sur des animaux.

Cette nouvelle insuline sera prête à être testée sur l'homme, en 2025.

Environ 61 millions de personnes sont atteintes de diabète en Europe et entre 5 et 10 % d'entre elles souffrent de diabète de type 1, ce qui signifie qu'elles doivent prendre de l'insuline quotidiennement pour contrôler leur glycémie.

Certaines personnes atteintes du diabète de type 2, plus courant, doivent également prendre de l'insuline. Selon la Fédération internationale du diabète, les trois modes d'administration les plus courants sont la seringue, le stylo à insuline et la pompe à insuline.

Délivrer des médicaments au foie

Des chercheurs de l'université de Sydney, en collaboration avec l'université arctique de Norvège, avaient déjà découvert qu'il était possible d'administrer des médicaments au foie à l'aide de nanoporteurs.

"Nous avons réussi à obtenir une subvention en Australie pour étudier différentes méthodes d'administration de ces produits thérapeutiques aux cellules d'une population vieillissante. Et cela impliquait l'utilisation de nanomédicaments. Nous avons donc commencé par utiliser des points quantiques, qui sont en fait des matériaux incroyablement cool et étonnants", explique, à Euronews Next, le Dr Nicholas Hunt, maître de conférences à l'université de Sydney.

Les points quantiques sont de minuscules particules semi-conductrices dont les dimensions sont de l'ordre de quelques nanomètres.

"Lorsque nous les avons utilisés pour la première fois, nous avons constaté que nous pouvions administrer des médicaments de manière très efficace. Il était possible de contrôler avec précision la partie du corps où ils étaient administrés. Il n'y avait pas d'effets hors cible et la diffusion était vraiment ciblée et efficace", ajoute Nicholas Hunt.

L'idée de créer une forme orale d'insuline est née après qu'un médecin gériatre d'une clinique avec laquelle les chercheurs travaillent a exprimé son inquiétude concernant les personnes âgées hospitalisées, qui augmentaient leur risque d'infections secondaires, puisqu'elles avaient besoin d'injections d'insuline.

"Bien sûr, ce n'était qu'un concept à l'époque. Les étapes clés que nous avons franchies par la suite ont consisté à valider la possibilité d'administrer de l'insuline par voie orale", affirme Nicholas Hunt.

L'équipe a dû mettre au point un polymère spécialisé conçu pour passer l'estomac et être absorbé dans l'intestin, puis atteindre le foie.

Ils ont entrepris de concevoir un polymère qui réagisse à la glycémie du patient, ce qu'ils ont fait en examinant les enzymes qui décomposent les longues molécules de sucre.

"Si la glycémie est élevée, ces enzymes sont nombreuses, elles dégradent le polymère et libèrent l'insuline", explique Nicholas Hunt.

Le nanomatériau peut alors être rapidement éliminé par l'organisme.

"Cette façon de prendre de l'insuline est plus précise car elle permet de délivrer rapidement l'insuline dans les zones du corps qui en ont le plus besoin. Lorsque vous prenez de l'insuline avec une seringue, elle se répand dans tout le corps et peut provoquer des effets secondaires indésirables", écritPeter McCourt de l'UiT - l'université arctique de Norvège dans un communiqué.

Projets d'essais cliniques futurs

Ce système a été testé sur des souris, des rats et des babouins et l'équipe a publié ses résultats dans la revue Nature Nanotechnology.

Les babouins ne voulant pas prendre de comprimés, les chercheurs ont essayé des gelées sans sucre et du chocolat sans sucre, les babouins préférant le chocolat créé en laboratoire.

"Lorsque nous avons réalisé notre étude sur les babouins, nous l'avons conçue de manière à imiter ce qui serait fait dans le cadre d'un essai clinique de phase I. Il s'agit donc de la même dose que celle utilisée dans le cadre d'un essai clinique de phase II. C'est donc le même dosage d'insuline qui est utilisé, le même paradigme expérimental", indique Nicholas Hunt.

L'accent est actuellement mis sur la fabrication de l'essai clinique à venir, qui devrait débuter d'ici la fin de l'année.

Selon Nicholas Hunt, les chercheurs espèrent réaliser des essais ultérieurs en 2026, ce qui, en cas de succès, pourrait permettre de demander l'approbation des autorités de réglementation en 2028 au plus tôt.

"Nous espérons en quelque sorte qu'un traitement oral, sans risque de surdose, permettra un meilleur contrôle de la glycémie tout au long du cycle de vie", explique Nicholas Hunt, ajoutant que l'insuline ingérable n'avait pas besoin d'être réfrigérée et qu'elle restait rentable.