Publicité

Je suis diététicienne et voici comment j'ai soigné une patiente atteinte de la maladie du foie gras

C'est une femme sonnée qui apparaît sur mon écran d'ordinateur. Mireille, 56 ans, me contacte en visio à la suite d'un diagnostic de stéatose hépatique non alcoolique. Cette pathologie, aussi connue sous le nom de NASH ou de maladie du foie gras, se manifeste par une accumulation de graisses dans le foie et une inflammation des cellules hépatiques. « Mon médecin m'a prévenu que cela peut conduire à une cirrhose et à un cancer du foie », s'inquiète Mireille. De telles perspectives peuvent faire peur. Mais je rappelle à Mireille que l'on peut guérir de cette maladie en adoptant une hygiène de vie adaptée.

Il est possible d'améliorer les lésions du foie

Comme l'explique la Société Savante des maladies et cancers de l'appareil digestif (SFNGE), « il suffit de perdre un peu de poids pour améliorer les lésions hépatiques observées dans la maladie. » Voilà qui rassure un peu ma patiente, inquiète cependant à l'idée de modifier son alimentation. Mireille a dépassé cette année les 100 kilos pour 1,65 mètre. « J'ai toujours été ronde, m'explique-t-elle. J'ai essayé plusieurs régimes, mais j'ai du mal à tenir dans le temps. Je retombe toujours dans mes grignotages sucrés. »

On l'appelle aussi maladie du soda à cause du sucre

La stéatose hépatique a encore un quatrième nom : la maladie du soda, car on a remarqué, aux États-Unis, qu'elle touchait davantage les grands consommateurs de boissons sucrées. Or, le sucre en excès se transforme (...)

Lire la suite sur Top Santé

Je suis diabétique : la recette du gâteau d'anniversaire délicieux et peu sucré
Ce qui se passe dans votre corps si vous mangez des pois chiches tous les jours
HTAP : sensibiliser le grand public
Un médicament à base d’huile d’olive pourrait soigner ce cancer
Ces crevettes vendues dans les hypermarchés de France peuvent provoquer la listériose