"Ils devraient être en prison ici": le petit ami de l'ado tondue par sa famille à Besançon témoigne

Matthias Tesson et Audrey Alos, avec R.V.
·2 min de lecture
Dusan devant nos caméras.  - BFMTV
Dusan devant nos caméras. - BFMTV

Dusan a 20 ans, il est Serbe et chrétien. Selma, 17 ans, est Bosniaque et musulmane. Et ce contraste dans l'appartenance religieuse a suffi à la famille de la jeune fille pour déchaîner toute sa violence contre elle. Pour l'avoir battue et tondue le 17 août dernier à Besançon, cinq de ses membres - les parents et trois de leurs enfants - ont été expulsés vers Sarajevo ce samedi matin après une décision de justice, annoncée par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Cette issue indigne Dusan plutôt qu'elle ne l'apaise. "Je ne suis pas du tout satisfait", a-t-il confié à BFMTV, en serbe. "Ils devraient être en prison ici. Ils ont eu une peine vraiment très légère, ils n’ont pas été tellement punis." Les parents ont été condamnés en première instance à un an de prison dont quatre mois de sursis, assortie d'une interdiction du territoire français pendant cinq ans.

"Ils auraient dû rester ici pour exécuter leur peine puis être expulsés en Bosnie. Ils ont été reconnus responsables de leurs actes mais n’en répondent pas en prison", a poursuivi Dusan.

1 heure par semaine

Dusan a débarqué en France dans le sillage de ses parents en 2019. Ils sont alors voisins de la famille de Selma, et les relations entre les deux foyers sont bonnes jusqu'à ce que les deux jeunes se rapprochent puis évoquent l'idée d'un mariage. Selma finit par fuguer. C'est à son retour qu'on la frappe et que l'oncle lui rase le crâne.

Au milieu des turbulences médiatiques et judiciaires, le couple a dorénavant du mal à se voir. "Nous avons fait ça pour qu’elle et moi, on soit ensemble mais maintenant, on ne peut se voir qu’une fois par semaine pendant une heure", regrette ainsi le jeune homme.

Selma est désormais prise en charge par l'aide sociale à l'enfance et est assurée d'obtenir un titre de séjour à sa majorité. L'avenir de Dusan est plus incertain. Il dispose déjà de ce document mais celui-ci n'est valide que pour une durée de six mois.

Article original publié sur BFMTV.com