Publicité

"Les deux premières heures…" : ce moment déchirant vécu par Christophe Dechavanne près de sa mère décédée

Dans son autobiographie Sans transition..., parue le 24 janvier aux éditions Flammarion, Christophe Dechavanne livre tout un tas de secrets sur sa vie professionnelle et sur sa vie personnelle. L'animateur, à l'antenne tous les samedis soirs sur France 2 dans Quelle époque !, se confie notamment, avec beaucoup d'émotion, sur les minutes qui ont suivi la mort de sa mère, Muriel, survenue en décembre 2005 à la suite d'une leucémie. "J'ai enlevé la barrière du lit et je me suis allongé à ses côtés, instinct irréfléchi... Comme un animal", raconte-t-il. "Je ne sais pas ce qui m'a pris de vouloir la sentir au plus près de moi mais je me suis blotti contre elle sans réfléchir", ajoute l'animateur. "J'ai passé les deux premières heures de sa mort contre elle, de la même manière qu'elle m'a collé contre sa poitrine, je suppose, aux premiers instants de ma vie. Comme l'enfant que je n'étais plus mais avec des gestes de tout petit que je retrouvais, je lui faisais un ultime câlin", confie Christophe Dechavanne dans son autobiographie événement. L'animateur raconte ensuite que ce moment très intime a été permis grâce à la non-intervention de tierces personnes : "Ma sœur, qui est entrée deux fois dans mon dos dans la chambre obscure avant d'en ressortir aussitôt en me demandant ce qu'il se passait, mes amis chers et le personnel hospitalier, dont bien sûr la médecin qui s'occupait d'elle, ont eu la délicatesse de nous laisser tranquille pendant ce (...)

Lire la suite sur Closer

Léa Salamé : Cyril Féraud craque sur son “oeil coquin”, l’animatrice ne sait plus où se mettre
Harry et Meghan en disgrâce : nouvelle bévue pour les Sussex, relégués loin des stars
Affaire Gérard Depardieu : "j’ai rencontré Julie…", une célèbre comédienne sort les griffes pour défendre l’acteur
Un radiateur défaillant cause la mort d'un bébé dans d'atroces souffrances
Albert de Monaco : cette assurance très particulière qu’il aurait souscrite pour son fils aîné Alexandre