Publicité

Les deux hackers de Lockbit arrêtés par la Gendarmerie en Ukraine sont un père et son fils

De nouvelles informations émergent autour de « l’opération Cronos » qui a mis fin à Lockbit, le groupe de hackers le plus redouté. La Gendarmerie Nationale et les forces de police ukrainiennes ont arrêté un individu en Pologne et deux en Ukraine, selon des communiqués publiés le 21 février 2024. Les forces de l’ordre ukrainiennes indiquent que les deux membres de Lockbit étaient un père et son fils, qui résident dans la ville de Ternopil, à l’ouest du pays. « Ces criminels ont affecté des particuliers, des entreprises, des agences gouvernementales et des établissements de santé en France », peut-on lire dans le communiqué. Lockbit est en effet responsable des cyberattaques contre l’hôpital de Corbeil-Essonnes et contre le département du Loiret.

Interrogé par le Parisien, le colonel Pascal Péresse, chef de la division des opérations du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), déclare : « Ils servaient de prête-nom et agissaient dans le blanchiment des crypto-monnaies. Plusieurs porte-monnaie électroniques ont été saisis et sont en cours d’estimation. Nous les forçons à marquer le pas en les frappant au portefeuille. » Les organisations criminelles telles que Lockbit reposent généralement sur des dizaines d’individus éparpillés dans plusieurs pays pour brouiller les pistes.

Des cybercriminels encore recherchés en Russie

Pour définitivement mettre un terme à l’activité de Lockbit, les forces de police de 10 pays ont saisi plus de 200 comptes de crypto-monnaies liés à l’activité criminelle et bloqué 34 serveurs en Europe,

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Les images de l'arrestation des hackers de Lockbit. // Source : Police nationale ukrainienne