Des opérations suspendues dans l'Est syrien à cause d'Afrin, dit le Pentagone

Un soldat turc sur le mont Barsaya, au nord-est d'Afrin, en Syrie. Le Pentagone a reconnu lundi que l'offensive turque contre les milices kurdes YPG (Unités de protection du peuple) dans l'enclave d'Afrin avait affecté la lutte contre l'organisation Etat islamique et entraîné une "pause opérationnelle" dans l'est de la Syrie. /Photo prise le 28 janvier 2018/REUTERS/Khalil Ashawi

WASHINGTON (Reuters) - Le Pentagone a reconnu lundi que l'offensive turque contre les milices kurdes YPG (Unités de protection du peuple) dans l'enclave d'Afrin avait affecté la lutte contre l'organisation Etat islamique et entraîné une "pause opérationnelle" dans l'est de la Syrie.

Cette pause, a expliqué le colonel Robert Manning, porte-parole du département américain de la Défense, signifie que certaines opérations terrestres des Forces démocratiques syriennes (FDS), milices arabo-kurdes dominées par les YPG et soutenues par les Etats-Unis, ont été suspendues.

L'opération "Rameau d'olivier" lancée le 20 janvier par la Turquie n'a en revanche pas d'impact sur les frappes aériennes menées par la coalition et les FDS continuent de tenir les territoires repris au groupe djihadiste, a assuré le colonel.

Le commandant Adrian Rankine-Galloway, autre porte-parole du Pentagone, a déclaré que des membres des FDS avaient quitté le théâtre d'opérations sur l'Euphrate "pour aller combattre ailleurs, peut-être à Afrin".

Selon un responsable américain s'exprimant sous le sceau de l'anonymat, plusieurs centaines de combattants kurdes ont quitté la vallée de l'Euphrate au cours des deux dernières semaines.


(Idrees Ali; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)