La Dernière partie (TF1) - Franck Dubosc : "Avec mon père, le fossé s’est creusé lorsque je suis devenu célèbre"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vous avez participé à l’écriture de ce téléfilm. Quelle en est la part autobiographique ?

Franck Dubosc : Je n’ai pas voulu en coécrire le scénario, par pudeur, sans doute, mais j’ai raconté à l’auteur, Jean-André Yerlès, l’année de fin de vie de mon père, Lucien Dubosc. Il est décédé en 2002, des suites de la maladie de Charcot. Tout ce qu’il y a dans ce téléfilm est vrai.

Comment avez-vous cheminé avec votre père ? Étiez-vous, comme Christophe, votre personnage, en conflit avec lui ?

Oui, entre nous, les rapports étaient compliqués. Mon père, issu d’un milieu modeste, était convaincu que j’avais honte de lui. Ce qui n’était pas le cas. J’étais fier de la personne qu’il était. Mais il est vrai que, adolescent, je me suis senti gêné par mes origines sociales. Dans mon milieu populaire, je n’invitais aucune copine des beaux quartiers. Avec mon père, le fossé s’est creusé lorsque je suis devenu célèbre et que j’ai commencé à gagner beaucoup plus d’argent que lui. J’avais accès à des choses qu’il n’avait jamais pu m’offrir. Il s’est certainement senti humilié.

À lire également

"On est fauchés" : Guy Marchand évoque ses problèmes financiers

À l’instar de votre personnage, c’est sa reconnaissance que vous recherc... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles