Publicité

Pour lutter contre la démence, prenez soin de votre bouche

Récemment, plusieurs études ont confirmé l'impact d'une mauvaise hygiène bucco-dentaire sur le risque de développer une démence.

Le brossage des dents permet de limiter le risque d'avoir une parodontite (Getty Images/Westend61)

Premier geste de prévention efficace contre les pathologies bucco-dentaires, un brossage des dents deux fois par jour pendant deux minutes est recommandé par l'Union française pour la santé bucco-dentaire. De récentes études ont confirmé qu'une mauvaise hygiène bucco-dentaire pouvait augmenter le risque de démence.

"La plupart des revues concluent systématiquement sur le rôle du microbiome buccal (l'écosystème des micro-organismes buccaux) dans la démence. Les preuves proviennent à la fois d'études animales et humaines. L'association entre la parodontite (l'une des principales maladies des gencives chez les adultes) et la démence a également été régulièrement rapportée dans les revues précédentes", assure Chia-Shu Lin, professeur de médecine dentaire, cité par Newsweek.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "La maladie d’Alzheimer est un fléau. Voici les signes qui doivent vous alerter"

Prendre soin de sa bouche

"Nous ne pouvons pas dire : 'Oh, si vous souffrez de parodontite, vous aurez la maladie d'Alzheimer.' Mais nous savons désormais que si vous souffrez d'une parodontite grave, le risque de contracter la maladie d'Alzheimer est plus grand", rapporte Anita Visser, professeur de dentisterie gériatrique à l'Université de Groningue aux Pays-Bas. Évidemment, se brosser les dents ne va pas garantir l'absence de démence mais les experts encouragent la population à prendre soin de leur hygiène bucco-dentaire.

À LIRE AUSSI >> C’est l’un des premiers signes de la maladie d'Alzheimer et vous pourriez le repérer à l'heure du dîner

Si une mauvaise hygiène bucco-dentaire peut favoriser la démence, elle peut également aggraver une maladie déjà installée. "Les patients atteints de la maladie d'Alzheimer éprouveraient des difficultés à se brosser les dents, ce qui exacerberait encore davantage la santé bucco-dentaire et la fonction cognitive. Une telle détérioration du comportement d'auto-soins pourrait induire un "cercle vicieux" qui exacerberait une santé déjà mauvaise en général", détaille Chia-Shu Lin, citée par le New York Post.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "C’est la porte ouverte aux maladies cardiovasculaires, aux AVC et même aux cancers"