Publicité

"Demain est annulé", une exposition entre visions chocs et quête d’équilibre

En une trentaine d'œuvres d'art contemporain, cette exposition parisienne explore la notion de sobriété tout en ouvrant à des perspectives d'avenir.

C’est une COP sur le changement climatique comme on n’en a jamais vu. Des hommes d’affaires en costume-cravate dont on ne distingue que des bras, des jambes, l’arrière d’une tête, sont en train de se faire engloutir par le gravier d’un jardin zen. Ces personnages sont en réalité les mannequins d'une installation ouvrant l’exposition "Demain est annulé", accessible depuis le 17 janvier 2024 à la Fondation EDF à Paris.

Ce titre un brin anxiogène chapeaute un parcours sur trois niveaux consacré à la sobriété et aux "limites de notre environnement". La surconsommation, l’accumulation de biens ou la dégradation de milieux naturels inspirent une trentaine d’œuvres de 23 artistes, ponctuées d’interventions de chercheurs (historien, géographe) en vidéo.

Des déchets en œuvre d'art

Dès l’entrée (après que le visiteur a été saisi par les mannequins ensablés…), une impressionnante mosaïque colorée réalisée par le Zimbabwéen Moffat Takadiwa est accrochée à une cloison. "Il faut vraiment s’approcher pour s’apercevoir qu’il s’agit de déchets", note Dominique Bourg, l'un des commissaires scientifiques. Mais pour ce dernier, cette création symbolise aussi un genre de dialogue : "On envoie nos déchets se faire recycler en Afrique, ils nous renvoient une œuvre d’art", souligne Dominique Bourg, commissaire scientifique de l'exposition.

En face, trois panneaux abstraits se composent de bandes verticales en niveaux de bleu et d’orange. Il s'agit des "warming stripes", la frise du réchauffement climatique, une data visualisation mise au point en 2018 par le climatologue Ed Hawkins de l'université de Reading (Royaume-Uni). Chaque bande correspond à un niveau de réchauffement climatique sur une année donnée, les trois panneaux comptant 109 bandes. Les dernières virent à l’orange de plus en plus foncé, jusqu’au marron sombre…

Plus loin, des photographies montrent des glaciers alpins recouverts de bâches réfléchissantes censées enrayer leur fonte. Mais pris au Polaroïd et vus en négatif, ces [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi