Découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure au Mexique

·2 min de lecture
Une nouvelle espèce de dinosaure identifiée au Mexique

À la suite de fouilles au long cours dans l'État de Coahuila, des paléontologues mexicains ont identifié une espèce de dinosaure inconnue jusqu'alors.

Ses dimensions n'ont pas encore été estimées, mais il est qualifié de "colossal" par ceux qui l'ont découvert. Une équipe de paléontologues mexicains a récemment annoncé avoir identifié une espèce de dinosaure inconnue jusqu'ici, à partir d'un spécimen excavé dans l'état de Coahuila (nord du Mexique).

Comme le détaille La Provence, la découverte s'est faite en plusieurs temps, ou plus exactement rétrospectivement, à la suite de fouilles réalisées depuis 2013. Selon le quotidien régional, c'est d'abord la queue qui a été découverte, puis "80% de son crâne, sa crête de 1,32 mètre, ainsi que des os tels que le fémur et l'omoplate".

VIDÉO - Dinosaures : quand Elon Musk imagine recréer Jurassic Park

Un spécimen exceptionnellement bien conservé

L'assemblage de ces différents fossiles a ensuite permis de recomposer le squelette d'un tout nouveau dinosaure, baptisé Tlatolophus galorum par les chercheurs, en référence à sa crête osseuse (en langue nahua, le mot tlahtolli désigne justement une crête).

"Il y a 72 ou 73 millions d'années, un dinosaure herbivore colossal est mort dans ce qui devait être une étendue d'eau riche en sédiments, annonce ainsi un communiqué de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire du Mexique (INAH), son corps a donc été rapidement recouvert par la terre et a pu être préservé à travers les âges."

Des dinosaures "paisibles mais communicatifs"

Les fouilles ont par ailleurs permis d'identifier certaines caractéristiques du reptile antédiluvien. "Nous savons qu'ils avaient des oreilles capables de recevoir des sons à basse fréquence, donc ce devaient être des dinosaures paisibles mais communicatifs", explique la note de l'INAH.

Ces grands herbivores avaient toutefois plusieurs moyens de défense contre les prédateurs du Crétacé supérieur. Le communiqué de l'INAH précise ainsi que les Tlatolophus galorum "émettaient des sons forts pour effrayer les carnivores ou à des fins de reproduction". Selon les scientifiques, leur crête "de couleur vive" pourrait également avoir eu pour fonction d'éloigner les prédateurs.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :