Publicité

David Cameron aux Malouines, une présence et des propos qui mettent les gouverneurs argentins en colère

David Cameron (ici en Allemagne quelques jours plus tôt) s’est rendu dans les iles Malouines pour réaffirmer l’appartenance de ce territoire à la « famille britannique ». Photo d’illustration.
THOMAS KIENZLE / AFP David Cameron (ici en Allemagne quelques jours plus tôt) s’est rendu dans les iles Malouines pour réaffirmer l’appartenance de ce territoire à la « famille britannique ». Photo d’illustration.

INTERNATIONAL- Une présence qui n’a pas fait l’unanimité. Le chef de la diplomatie britannique, David Cameron a visité lundi 19 février, les îles Malouines, dont la souveraineté est disputée entre le Royaume-Uni et l’Argentine. Durant cette rencontre, l’homme politique s’est empressé de réaffirmer l’appartenance à la « famille britannique » de ce territoire. Des propos qui n’ont pas plu aux gouverneurs argentins.

David Cameron ministre des Affaires étrangères : même ces journalistes politiques n’y ont pas cru

Le désaccord remonte aux années 1980. Les îles Malouines, situées à 400 kilomètres des côtes argentines et à presque 13 000 km du Royaume-Uni ont été disputées par Londres et Buenos Aires lors d’un conflit éclair en 1982, qui a fait plus de 900 morts des deux côtés en 74 jours.

Pour l’Argentine, ces îles arides héritées de la couronne espagnole après l’indépendance du pays ont été occupées par les troupes britanniques en 1833, le gouverneur et les colons argentins étant alors expulsés vers le continent. Depuis les années 1980, ce territoire est resté dans le giron britannique et ne semble pas prêt d’appartenir à l’Argentine, comme le montre le référendum de 2013, où la quasi-totalité des 2 000 habitants de ces îles ont approuvé le maintien sous contrôle britannique.

Le voyage de David Cameron était la première visite d’un ministre des Affaires étrangères aux Malouines depuis près de trente ans. Celle-ci lui a permis de découvrir plusieurs champs de bataille du conflit de 1982, afin de rendre hommage aux 255 soldats britanniques qui ont perdu la vie. Il en a aussi profité pour exprimer son souhait que ce rattachement avec le Royaume-Uni dure « longtemps, très longtemps, peut-être pour toujours ».

David Cameron a aussi fait savoir aux habitants que tant qu’ils souhaitaient rester dans la « famille britannique », ils étaient « absolument bienvenus » et recevraient le soutien et la protection de Londres, a rapporté l’agence de presse britannique PA.

L’Argentine prête à récupérer les îles Malouines

Néanmoins, sa visite n’a pas fait l’unanimité et a réveillé beaucoup de tensions. La présence de David Cameron a même suscité la colère de Gustavo Melella. Selon le gouverneur de la province argentine de Terre de Feu, qui engloberait les Malouines compte tenu des revendications de Buenos Aires, ce voyage constitue « une nouvelle provocation du Royaume-Uni, qui cherche à saper nos droits souverains légitimes sur nos territoires, et à soutenir le colonialisme au XXIe siècle », a-t-il déclaré sur le réseau social X.

Gustavo Melella n’est pas le seul à s’être exprimé puisque le président argentin Javier Milei a aussi fait part de son intention de « récupérer » les Malouines de manière « diplomatique ».

Mais cette récupération ne semble pas gagner d’avance dans la mesure où David Cameron a fait savoir dans un communiqué que la question de la souveraineté des Malouines « ne sera pas discutée » tant qu’elles « voudront continuer à faire partie (de la famille britannique) ».

Le chef de la diplomatie britannique a aussi souligné qu’il réaffirmerait « l’engagement du Royaume-Uni à défendre le droit des habitants à l’autodétermination ».

À voir également sur le HuffPost :

En Argentine, les réformes de Javier Milei retoquées (provisoirement) par la justice

Cette sortie de Rishi Sunak sur les personnes trans au Parlement ne passe pas