D'auteur intello à chanteur populaire, comment Benjamin Biolay a changé son image

Benjamin Biolay le 10 février 2017 - Thomas Samson - AFP
Benjamin Biolay le 10 février 2017 - Thomas Samson - AFP

Retour gagnant pour Benjamin Biolay. Son dixième album Saint-Clair est entré directement à la première place du Top Album vendredi, une semaine après sa sortie. Un succès anticipé après le carton de Grand Prix, son précédent opus: cet album sorti en 2020 s’était écoulé à plus de 100.000 exemplaires et équivalents et lui avait valu deux récompenses aux Victoires de la musique l’année suivante.

Avec ce triomphe, Benjamin Biolay est devenu un incontournable de la bande FM. Ces dernières années, ses tubes Comment est ta peine? ou Comme une voiture volée ont résonné sur toutes les radios généralistes – il a reçu le prix de l’Album RTL de l’année 2020 -, et les premiers extraits de Saint-ClairRends l’amour! et (Un) Ravel - connaissent la même trajectoire. De quoi finir de faire de lui l’un des principaux visages de la pop à la française… à mille lieues de ce que ses débuts laissaient présager.

Car pendant des années, Benjamin Biolay a séduit un public moins large. Plus habitué aux éloges de la presse intello qu’au canapé rouge de Michel Drucker, le chanteur de 49 ans a longtemps incarné un secteur musical plus confidentiel, et sans doute plus parisien - quitte à encaisser quelques échecs commerciaux, malgré une critique qui ne l'a jamais désavoué. Et pour aller convaincre de nouveaux fans, il a dû aller les chercher.

À la recherche de la reconnaissance

Un simple coup d'œil à la discographie de Benjamin Biolay rend compte de la métamorphose opérée. Après un premier succès en l'an 2000, lorsqu'il signe des chansons de l'album Chambre avec vue pour Henri Salvador, il sort un premier album en son nom en 2001, Rose Kennedy. Le public est au rendez-vous et fait de ce coup d'essai un disque d'or - soit 100.000 exemplaires écoulés, l'équivalent aujourd'hui d'un disque de platine.

Certains parleraient de chance du débutant. Car Benjamin Biolay devra attendre pas moins de 15 ans pour obtenir une nouvelle certification (avec Palermo Hollywood, en 2016), malgré cinq albums parus entre temps. Négatif, À l'origine, Trash Yéyé, La Superbe et Vengeance ne réussissent à convaincre qu'un public d'initiés.

Mais ils permettent au chanteur de planter les graines d'une notoriété plus conséquente. Benjamin Biolay y convie des artistes autrement plus populaires (Vanessa Paradis, Françoise Hardy ou encore Orelsan) et multiplie les collaborations avec des stars de tous horizons: il réalise un album pour Élodie Frégé, gagnante de la Star Academy, travaille avec CharlÉlie Couture, signe un duo avec les BB Brunes, produit un disque d'Isabelle Boulay et pose sa voix sur des album hommages à deux figures de la chanson française, Alain Bashung et Renaud. Ces incursions sur la scène populaire font de Benjamin Biolay un visage récurrent et reconnaissable, ainsi qu'une valeur sûre pour ses pairs.

De nouvelle tête à "Nouvelle Star"

Le succès de Palermo Hollywood rebat les cartes. Fort d'un rayonnement plus important, Benjamin Biolay pousse de nouvelles portes: fin 2017, il surprend tout le monde en rejoignant le panel des jurés de Nouvelle Star, le très grand public télé-crochet de M6. Difficile, pour un artiste qui cherche à retravailler son personnage, de trouver plus belle vitrine:

"Mon image auprès du grand public n'est pas bonne, j'en suis conscient", avait-il déclaré à l'époque avec franchise à Télé-Loisirs. "J'ai commencé il y a 20 ans avec des albums très sombres, et j'ai accompagé ça d'une image qui allait avec ces disques mais qui a figé un personnage qui est supposé être moi mais qui ne me ressemble pas beaucoup, en vérité. Je pense qu'(avec Nouvelle Star), au contraire, on va me voir comme je suis vraiment dans la vie."

Visiblement emballé par cette expérience télévisuelle, il réitère en participant régulièrement, quelques mois plus tard, au culte Burger Quiz d'Alain Chabat. À cette période, il continue à travailler avec des stars de la chanson: il ouvre le Festival de Cannes 2017 en chantant un duo avec Louane (révélée par The Voice), participe à l'album On a tous quelque chose de Johnny... Plus récemment, on l'a vu copiner avec la nouvelle génération d'artistes français en signant des duos avec Hoshi, Clara Luciani ou Adé, ancienne membre du groupe à succès Thérapie Taxi.

Ses rôles au cinéma contribuent à changer son image. Si on l'a essentiellement vu s'illustrer dans un cinéma d'auteur, à l'image de sa musique (chez Agnès Jaoui ou Christophe Honoré, pour ne citer qu'eux), Benjamin Biolay prend un malin plaisir à apparaître là où on ne l'attend pas - du tout. Comme dans la comédie Divorce Club de Michaël Youn en 2020, ou dans un épisode de Capitaine Marleau, la comédie policière qui cartonne sur France 3.

Prises de parole médiatiques

Enfin, les récents coups de gueule politiques de Benjamin Biolay ont sans doute résonné, dans une France épuisée par les confinements à répétition. En pleine crise du Covid-19, au moment où les salles de spectacles restaient obstinément fermées, le chanteur était devenu l'une des voix de la grogne des artistes privés d'activité. Un discours qu'il a porté jusque sur la scène des Victoires de la musique, l'année suivante, le soir de sa consécration:

"On est très conscients que cette pandémie est épouvantable et que les mesures mises en place étaient nécessaires", avait-il déclaré, avant de regretter le "silence assez étourdissant" des pouvoirs publics concernant les revendications du monde de la musique. "J'attends qu'on nous écoute un petit peu. On est des gens sérieux, on ne fera pas n'importe quoi."

Loin d'avoir fait "n'importe quoi", Benjamin Biolay a su patiemment faire évoluer son image. Le temps dira quelle trajectoire connaîtra Saint-Clair, mais il semble déjà marcher dans les pas de son prédécesseur.

Article original publié sur BFMTV.com