Publicité

Dati apparaît dans une émission de rap, Bardella demande à la ministre de la Culture de "s'expliquer"

Jordan Bardella demande à Rachida Dati de "s'expliquer" ce mardi 13 février, après que la ministre de la Culture a participé la veille sur Twitch à l'émission "DVM Show", consacrée au rap et aux musiques urbaines.

Problème selon le président du Rassemblement national: celle-ci, est le "repaire d'un rappeur antisémite sous le coup d'une enquête pour apologie du terrorisme après avoir, il y a quelques jours, glorifié l'attentat de Nice".

Une allusion à Freeze Corleone, qui a déjà participé au "DVM show". L'artiste est effectivement visé par une enquête préliminaire, comme l'avait appris BFM Nice Côte d'Azur.

"La culture pour tous"

En cause, la chanson Haaland de l'Allemand Luciano, sortie vendredi 9 février, dans laquelle il semble, à demi-mot, faire référence à l'attentat de Nice du 14 juillet 2016, qui avait fait 86 morts:

"En défense j'suis Kalidou, t'es Lenglet. Burberry comme un grand-père anglais. J'arrive dans l'rap comme un camion qui bombarde à fond sur la...", dit-il, sans évoquer explicitement "la Promenade des Anglais".

La veille, Rachida Dati a été chaudement applaudie lors de son arrivée au studio, à Aulnay-sous-Bois, qui accueillait ce jour-là les chanteurs Dadju et Tayc. "Je m'étais engagée à venir, et je trouve qu'on est bien accueilli", a-t-elle introduit, avant de saluer ses hôtes du jour:

"Vous êtes la culture populaire."

Et de détailler: "C'est une culture qui parle à toute une génération, bien au-delà de la génération de ma fille, vous parlez aussi un peu à moi."

La maire du VIIe arrondissement de Paris a ensuite lancé une invitation aux présentateurs: "Moi, j'aimerais bien que vous me fassiez un VDM (sic) au ministère de la Culture", a-t-elle dit, écorchant au passage le nom de l'émission qui signifie "devoir, valeur et moralité".

"Mais on fait du bruit tu sais", lui a précisé l'un d'eux. Avant que l'intéressée ne réplique: "Un ministère de la Culture sans bruit, ce n'est pas un ministère de la Culture", sous les hourras du public sur place. Une façon pour Rachida Dati de donner corps à son passage rue de Valois, qu'elle veut inscrire sous le signe de "la culture pour tous".

Article original publié sur BFMTV.com