Publicité

Darmanin : « Je vous trouve un peu molle, Madame Le Pen »

Ce fut, hier soir, un match nul. Avec le sentiment d’un « débat » terne, sans réelles aspérités. Duquel émerge une leçon : Gérald Darmanin avait mission d’ébranler Marine Le Pen. Il ne l’a pas touchée.
Ce fut, hier soir, un match nul. Avec le sentiment d’un « débat » terne, sans réelles aspérités. Duquel émerge une leçon : Gérald Darmanin avait mission d’ébranler Marine Le Pen. Il ne l’a pas touchée.

Gérald Darmanin ne s'attendait pas à cela. Posée, un sourire avenant accroché au-dessus de son sérieux tailleur noir, Marine Le Pen avait travaillé la forme, dans l'espoir d'effacer l'échec cinglant de sa prestation de 2017 face à Emmanuel Macron, unanimement jugée agressive et brouillonne. Exclusivement axé sur le séparatisme et l'immigration, sujets de prédilection de la candidate, le débat, qui a eu lieu jeudi 11 février dans Vous avez la parole sur France 2, promettait quelques chocs de doctrine? Il n'y en a eu aucun.

« J'aurais pu le signer, votre livre », s'est amusée Marine Le Pen, en agitant l'ouvrage écrit par le ministre de l'Intérieur sur le séparatisme islamiste, dont elle a lu de nombreux extraits. Et d'appuyer lourdement les « preuves » de leur communauté de pensée : « Vous décrivez de manière extrêmement claire ce qu'est l'islamisme, l'idéologie la plus terrible du monde moderne. »

« Nous sommes d'accord », a souvent dû concéder un Gérald Darmanin voulant se montrer respectueux, pris au piège des ?illades d'une Marine Le Pen tout en onctuosité, contrastant avec les fréquents emportements de sa garde rapprochée. Un accord sur le fond : l'islamisme est un « fléau ». Pas sur l'exécution : la candidate à l'élection présidentielle de 2022 « regrette » que la fermeté affichée par le ministre dans son livre « ne se retrouve pas dans la loi » confortant les principes républicains, actuellement débattue à l'Assemblée.

À LIRE AUSSICotta ? Darmanin, le va [...] Lire la suite