Publicité

Darmanin ne "laissera pas faire" les agriculteurs s'ils ne respectent pas ses "lignes rouges"

Tout en affirmant qu'"il n'est pas question d'évacuer les agriculteurs" des points de blocage sur les routes, le ministre de l'Intérieur a précisé qu'il ne les "laisserait pas faire" si ces derniers entrent dans Paris, sur le marché de Rungis ou dans les aéroports parisiens.

Gérald Darmanin souhaite laisser les agriculteurs poursuivre leur mouvement, en se contentant de l'encadrer, mais le ministre de l'Intérieur les enjoint à ne pas franchir ses "lignes rouges". À savoir: ne pas entrer sur le marché de Rungis, dans les aéroports parisiens et dans Paris.

Si cette "contrepartie" n'est pas respectée, le patron de la place Beauvau prévient sur France 2 ce mercredi 31 janvier que l'exécutif ne "laissera pas faire".

"Les agriculteurs ne sont pas des délinquants"

"Ce n’est pas du tout la volonté du gouvernement. Il y a des discussions avec le Premier ministre en ce moment-même", ajoute-t-il dans la foulée, rappelant également qu'Emmanuel Macron sera au Conseil européen jeudi, alors que plusieurs des revendications des agriculteurs se jouent à Bruxelles.

Pour l'instant, les organisations agricoles "respectent les règles qu'on leur donne", estime Gérald Darmanin. En ce sens, "il n'est pas question d'évacuer" les agriculteurs pour l'instant, indique-t-il, insistant par ailleurs sur le fait qu'ils ne "sont pas des délinquants" et "n'attaquent pas les policiers et gendarmes à coup de boules de pétanque".

Ce discours intervient au lendemain de la déclaration de politique générale de Gabriel Attal à l'Assemblée nationale. Assortie de nouvelles annonces pour les agriculteurs, elle n'a pas convaincu ces derniers, qui souhaitent poursuivre leur mouvement. Gérald Darmanin dénombre "à peu près 10.000 manifestants" et "plus de 100 points de blocage" en France.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Agriculteurs: l'objectif d'un "siège" de Paris fait monter les tensions