Darmanin évoque "la marque satanique que représenterait une victoire du RN"

·2 min de lecture

«On voit bien la marque satanique que représenterait une victoire du RN», a déclaré Gérald Darmanin jeudi lors d'un déplacement à Dijon, en soutien au candidat de la «majorité présidentielle» en Bourgogne Franche-Comté. 

Jeudi lors d’un déplacement à Dijon pour soutenir Denis Thuriot, le candidat de la «majorité présidentielle» en Bourgogne Franche-Comté, Gérald Darmanin, attablé en terrasse, a évoqué «la volonté que le Rassemblement national ne gagne jamais une région». «On voit bien la marque satanique que représenterait une victoire du RN (…) Si un territoire est dirigé par un parti extrémiste, pensez-vous que les investisseurs étrangers viendront davantage? Non. Ils iront dans un endroit plus acceptable», a-t-il déclaré comme le rapporte le «Journal de Saône-et-Loire».

"Il faut que la République en marche garde son calme"

Une sortie qui a fait réagir au sein du parti d’extrême droite, en premier lieu sa présidente Marine Le Pen. «Est-ce que le gouvernement a perdu la tête, on peut quand même maintenant se poser la question. Comment ce gouvernement ne se rend pas compte qu’avec des déclarations aussi violentes à l’égard de l’opposition, il participe au climat de haine, de brutalité et de violence», a-t-elle déclaré selon les images de BFM TV. «Depuis le début de cette campagne (des régionales), des ministres ont appelé à chasser le RN, à abattre l’ennemi qui est Marine Le Pen, a-t-elle expliqué. Aujourd’hui nous sommes accusé de satanisme. Il faut que la République en marche garde son calme et arrête d’insulter l’opposition parce que ça pose un problème démocratique.»

La leader du RN a placé la Bourgogne Franche-Comté dans le «Top 3 des régions gagnables», tandis que le RN semble avoir le vent en poupe en Provence-Alpes Côte d'Azur et dans les Hauts-de-France. Les choses se présentent également bien pour son parti dans le Grand Est et le Centre-Val de Loire. En 2015, lors des dernières régionales, l'extrême droite était arrivée en(...)


Lire la suite sur Paris Match