Publicité

Daniel Riolo: "Terrain et business, champagne pour le foot français"

Le PSG, l’OM et le LOSC joueront donc en plein moins d’avril! Est-ce qu’on a assez dit à quel point c’était fou? On est tellement habitué à souffrir au niveau européen que notre joie n’a pas été à la hauteur. Il ne s’agit pas de faire la fine bouche. Ce n’est vraiment pas le moment. Et dire que Lens et Toulouse n’étaient pas si loin… Allez pas la "fine bouche" on a dit.

Un rapide coup d’œil dans les archives pour revivre les claques, gifles et autres humiliations en tout genre. Puis on s’arrête sur 2020: Paris et Lyon en demie du Final 8. Sinon que du pain noir. La dernière bonne fournée date de 2003/2004. Vingt ans! L’Apex de Jérôme Rothen. Le "golden left foot"! Monaco et Marseille en finale, l’OL et Bordeaux en quart. Une année faste. Mais vingt ans quand même! Et si les trois équipes s’arrêtent en quart, l’enthousiasme sera un peu douché. Mais on n’en est pas là. Et d’ici là, on pourra se servir de ça pour vendre notre L1. Pour faire naître un espoir de non abonnement à la "loserie annuelle".

La période est importante en terme de business

Et pardon, mais je trouve ça plus sain de signer des contrats en misant sur le terrain plutôt qu’en trinquant à l’arrivée de stars en L1 comme en 2017 avec la vente du siècle basée sur les stars du PSG et l’escroquerie Mediapro.

La période, vous le savez, est importante en termes de business. Et le pessimisme autour des droits télé, capitaux pour notre avenir, devrait vite s’atténuer. L’Etat s’en est mêlé, comme très souvent d’ailleurs, et BeIN va lâcher ce qu’il faut. Les anti-Qatar vont pouvoir pester encore longtemps, mais c’est bien l’Emir qui va signer le chèque pour que les droits restent élevés et notre championnat soit sauvé. Ou, je sais, certains ne veulent pas l’entendre, mais sans BeIN, il faudrait inventer un autre modèle. Je ne dis pas qu’un autre modèle ne serait pas bon. On peut vivre avec moins d’argent. Le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique… vivent sans le Qatar. Je dis juste que la LFP, les clubs français, notre gouvernement et le Qatar marchent main dans la main. Bien, mal on en débattra pour la millième fois dans l’After. Je me borne ici à décrire une situation. Et je vais me permettre une petite provocation, mais oui, chers supporters anti-PSG, les joueurs que vous acclamez sont en partie payés par la même caisse.

Que L’Etat aide le foot français autour d’un dîner diplomatique et business, je ne vois rien de choquant à ça. Le Président de la République, VRP des entreprises françaises, c’est un classique.

Exit donc Amazon, on va donc changer de diffuseur et tout devrait être plus simple. Avec un seul abonnement et avec un prix encore à définir (on promet une non explosion), on devrait avoir sur un seul bouquet, la France et l’Europe. La mission est en passe de réussir et on devrait tous être gagnants. On va finir par dire, en toute objectivité, que le boss de la LFP s’est bien sorti du bourbier.

L’autre bonne nouvelle c’est le "naming"! McDo va aligner 25, 30 millions par an! C’est un cadeau tombé du ciel. C’est fou comme la révélation de cette info a mis tout le monde en fusion cette semaine. L’Orléanais a sorti la boîte à menaces, les cheveux bougeaient dans tous les sens. Mais c’est quoi le souci ? C’est une super nouvelle non? Ok, McDo a une image contrastée en France, mais derrière l’image, il y a un fait: La France est le deuxième pays consommateur de McDo. C’est même le premier en proportion de la population. On n’est pas à une hypocrisie près dans notre pays. Je sais que ça émeut beaucoup de gens, malbouffe, sport, L1… Mais je crois que les mêmes émotifs n’auraient pas aimé une banque ou je ne sais quelle entreprise. On aurait tourné ça en ridicule façon Conforama et la Ligue 1 en bois, on aurait sorti l'éthique en bandoulière.... On doit vraiment faire attention au match des donneurs de leçons en tout genre? Quelle expression étrange quand même. On donne tous des leçons en permanence sur tout et on accuse tous les autres d’être des profs de vertu. Les efforts de la multinationale américaine pour se mettre dans des clous éthiques sont, par ailleurs, indéniables.

Plutôt que de chercher la taupe, Labrune devrait plutôt ouvrir le champagne

McDo qui a hurlé au scandale cette semaine après à nos révélations, car j’ai cassé leur plan de communication, peut me féliciter, je me fais VRP de leur boîte dans laquelle je ne vais pourtant jamais.

Avec pas mal d’humilité, alors que ses proches disent qu’il ne connaît pas la définition de ce mot, le boss du foot Vincent Labrune a reconnu que le dossier Mac Do était venu d’en haut. J’ai interprété ce en "haut" par le "gouvernement". Mais on me jure que si oui il y a eu intervention pour les droits TV, il n’y avait rien eu pour Mac Do. Honnêtement, dans les deux cas, je ne vois pas le souci. Mais il faut être précis et moi quand on me jure, j’ai envie de croire ! Et surtout, je crois qu’au fond, je m’en fous. La multinationale américaine veut s’acheter une réputation, pense que le foot c’est bien pour son image et investi de façon folle? Et alors, ils font ce qu’ils veulent de leur pognon.

Plutôt que de s’agiter à chercher la taupe et à vouloir jouer le coupeur de tête, l’Orléanais devrait plutôt ouvrir le champagne. Ses méthodes avec les médias, peu appréciées en "haut" justement, très peu pour nous. On restera objectif, et on dira quand c'est bien.

On a tous intérêt à ce que notre foot marche non? C’est mieux quand il y a du blé non? C’est avec le blé qu’on gagne non? Enfin pas toujours, et pas forcément en L1, mais c’est mieux quand même… Et après pour ce qui est de l’odeur de l’argent, chacun fera son petit débat philosophique.

Article original publié sur RMC Sport