Publicité

Daniel Cohn-Bendit rompt avec Emmanuel Macron et soutient Raphaël Glucksmann pour les européennes

Soutien d’Emmanuel Macron avant la présidentielle de 2017, Daniel Cohn-Bendit appelle désormais la gauche à se ranger derrirère Raphael Glucksmann pour les européennes.
JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP Soutien d’Emmanuel Macron avant la présidentielle de 2017, Daniel Cohn-Bendit appelle désormais la gauche à se ranger derrirère Raphael Glucksmann pour les européennes.

GAUCHE - D’Emmanuel Macron à Raphaël Glucksmann. C’est le chemin que s’apprête à faire Daniel Cohn-Bendit. Bien que sans mandat depuis qu’il a quitté le Parlement européen en 2014, l’ancien élu écologiste reste une figure médiatique de la vie politique. Et son choix, annoncé au Monde ce dimanche 10 décembre, sera de fait commenté.

Élections européennes 2024 : ce que disent les sondages à six mois du scrutin

S’il avait été « séduit » en 2017 par le candidat Macron, c’est pour le « en même temps » qui faisait dire au futur locataire de l’Élysée qu’il était « et de gauche et de droite ». Or, six ans plus tard, Daniel Cohn-Bendit considère que c’est « le centre droit qui est au pouvoir ». Il évoque pour étayer cette affirmation la gestion de la crise des gilets jaunes, la réforme des retraites ou encore le projet de loi immigration débattu dès ce lundi à l’Assemblée.

Dénonçant « une certaine incompétence sociale », Daniel Cohn-Bendit acte une « déception intellectuelle » et veut donc passer à autre chose. En l’occurrence en revenant vers le camp d’où il vient.

Pour celui qui, dans la foulée de la création d’Europe Écologie-Les Verts, avait obtenu plus de 20,9 % aux élections européennes, la gauche conserve un avenir. À condition de « sortir de l’humiliation totale de la NUPES ». C’est à ce prix qu’elle pourra faire revenir à elle les déçus du macronisme. Pour cela, il appelle donc les écologistes à s’allier avec le Parti socialiste autour de la candidature de Raphaël Glucksmann pour les élections du 9 juin. Grâce à ce « nouveau souffle », un score de 25 % aux européennes « changerait la donne », veut croire « Danny Le Rouge ».

Daniel Cohn-Bendit n’est d’ailleurs pas la seule ancienne figure de gauche à faire de l’essayiste, eurodéputé élu en 2019, l’un des espoirs pour le renouveau de ce camp. Dans Libération, Jacques Attali cite ainsi Raphaël Glucksmann (et François Ruffin) comme « les plus prometteurs ».

À voir également sur Le HuffPost :

Européennes 2024 : pour les écologistes, cette commission d’enquête pourrait tomber au meilleur moment

Élections européennes 2024 : Quelle est cette liste « Alliance rurale » menée par le chasseur Willy Schraen