Danger pour vos animaux: les épillets font un retour précoce cette année en raison de la sécheresse

Pixabay

Avec la sécheresse que connaît une partie de la France, les épillets font un retour précoce. Ces petites composantes dures et pointues des épis de céréales sauvages, aussi appelés "espigaou" en provençal, peuvent causer d'importants dégâts lorsqu'elles pénètrent dans la peau des chiens, car elles peuvent se déplacer indéfiniment en causant des infections, voire des abcès.

Les épillets arrivent habituellement courant avril, mais sont particulièrement précoces cette année, précise France 3 Provence Alpes Côte d'Azur. Ils se détachent des épis lorsque le temps est sec et chaud. Or, les températures ont été momentanément très douces en mars et en avril, et la pluviométrie a été très faible dans l'Hexagone en février, Météo-France enregistrant même la plus longue série de jours sans pluie depuis le début des mesures en 1959.

Des conditions idéales pour la formation des épillets, qui a commencé fin mars cette année, selon la veille de surveillance du risque épillet établie par l'organisme urgences vétérinaires, qui administre notamment le numéro d'urgence vétérinaire national, le 3115. Cette situation est habituellement réservée au sud de la France, selon les ressources documentaires mises à disposition par l'organisme.

Quel danger concret pour les chiens?

Le danger pour les chiens tient au fait que les épillets transportent des bactéries et des champignons pouvant causer des infections. En raison de leur forme aiguisée, ils s'accrochent facilement aux chiens et des chats, notamment ceux qui possèdent des poils longs et frisés. Une fois accrochés, ces épillets peuvent se fixer dans la peau des animaux au moindre mouvement.

"À la faveur des frottements, l’épillet pénètre complètement sous la peau pour provoquer un véritable tunnel: la fistule sous-cutanée", précise

Les épillets peuvent se loger partout, mais certaines parties du corps des chats et des chiens sont particulièrement sujettes aux pénétrations: l'oreille est "le conduit le plus fréquemment colonisé par les épillets" selon le 3115 car il constitue un "large conduit terminé par un pavillon entouré de poils". Une fois dans l'oreille, l'épillet peut descendre profondément au point, dans certains cas, de perforer le tympan de l'animal.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Les pattes constituent aussi des zones sensibles en raison des pliures des doigts et surtout des orifices des griffes, où la peau est fine mais aussi constamment en contact avec le sol. Les épillets se logent aussi régulièrement dans les truffes, majoritairement des chiens (90% des cas selon le 3115), "car ces derniers explorent leur environnement avec leur truffe et leur odorat". Problème, les épillets sont légers et remontent facilement la surface interne du nez à la moindre inspiration. Plus rares, les épillets dans les yeux sont particulièrement dangereux car ils peuvent rapidement provoquer des ulcères.

Comment réduire les risques

Si vous ne souhaitez pas priver votre chien ou votre chat de sortie, vous pouvez contrôler régulièrement son pelage, notamment après les promenades dans des zones végétalisées (parc, bois, forêts, chemins ruraux...), voir le graisser ou appliquer de la vaseline pour prévenir le déplacement de l'épillet.

Si le pelage de votre animal est long et/ou frisé, veillez à bien écarter les mèches de poils. Veillez à porter une attention particulière aux zones sensibles mentionnées plus haut ainsi qu'aux diverses pliures de la peau (doigts, aisselles, cou...), qu'il est recommandé de tailler. Plus généralement, veillez à limiter le contact avec les hautes herbes.

Si vous identifiez un épillet ayant partiellement pénétré la peau, vous pouvez dans de rares cas l'enlever vous-même, idéalement avec une pince stérilisée au préalable. Si l'épillet est logé dans la peau, il est conseillé de ne pas le toucher et de vous rendre chez le vétérinaire. Certaines extractions nécessitent de la chirurgie et une anesthésie.

Article original publié sur BFMTV.com