Danemark: des milliers de personnes ont rendu hommage aux victimes de la fusillade de Copenhague

Hommage rendu le 5 juillet 2022 à Copenhague aux victimes d'une fusillade - Emil Helms / Ritzau Scanpix / AFP
Hommage rendu le 5 juillet 2022 à Copenhague aux victimes d'une fusillade - Emil Helms / Ritzau Scanpix / AFP

Des milliers de personnes ont rendu hommage ce mardi à Copenhague aux victimes d'une fusillade ce week-end dans un centre commercial de la capitale danoise qui a fait trois morts, dont deux adolescents, et 27 blessés.

"Trois vies nous ont été enlevées. Celles d'un homme et de deux jeunes gens. Plusieurs personnes ont été blessées, l'attaque a fait de nombreuses victimes", a déclaré la Première ministre Mette Frederiksen, qui s'adressait à la foule massée devant ce complexe commercial situé entre le centre de Copenhague et son aéroport.

"Cruel, injuste et insensé. Ce soir, nous pleurons tous", a ajouté Mette Frederiksen, appelant à l'unité face à la tragédie.

L'attaque, survenue dimanche en fin d'après-midi, a suscité une vive émotion au Danemark, au sortir d'un week-end estival marqué par le passage inédit du Tour de France et le grand retour du festival de rock géant de Roskilde, après des annulations dues à la pandémie de Covid-19.

"Les enfants et les jeunes gens ne devraient pas mourir. Ils devraient être immortels"

"Ce n'est pas difficile à imaginer: 'Et si cela avait été mon enfant ?' Je suis la mère de deux adolescents", s'est exclamée Sophie Andersen, la maire de Copenhague, dans une allocution suivie d'une minute de silence. "Les enfants et les jeunes gens ne devraient pas mourir. Ils devraient être immortels", a ajouté Mme Andersen.

Le prince héritier du Danemark, Frederik, était également présent à la cérémonie, durant laquelle les discours ont été entrecoupés de prestations musicales. La foule comptait de nombreux jeunes et familles, dont certains étaient en pleurs.

Si la capitale danoise n'a pas échappé ces dernières années aux attentats, notamment jihadistes, un carnage dans un centre commercial a été un choc pour beaucoup. "Ça n'arrive pas au Danemark ce genre de choses, ça se passe aux Etats-Unis", a ainsi réagi Susanne Bulöw, une riveraine de 65 ans.

Le Tour de France, de retour sur le territoire français, a quant à lui rendu hommage aux victimes par une minute d'applaudissements avant le départ de la quatrième étape.

Article original publié sur BFMTV.com