Publicité

Notre-Dame de Paris, le chantier du siècle (Arte) : Les secrets d'une résurréction

Le calcaire de l’Oise

Lors de l’incendie de 2019, l’une des voûtes s’est effondrée. Les blocs de calcaire dur qui la constituaient ont été retrouvés parmi les débris. Ces 70 claveaux (pierres taillées en coin utilisées dans la construction des voûtes) ont été numérisés et modélisés en 3D. Grace à un logiciel, on a pu replacer chaque élément de cette voûte comme pour un puzzle. Compte tenu de leur état de dégradation, 15 seulement ont pu être réemployés. On a localisé leur lieu d’extraction dans l’Oise, et de nouveaux blocs ont été taillés.

À lire également

Notre-Dame de Paris à l'épreuve des siècles (France 2) : Une épopée historique racontée par Sophie Marceau

Un squelette de fer

C’est l’une des grandes découvertes de ce chantier : les blocs de pierre qui composent les murs de Notre-Dame sont solidarisés les uns aux autres par des agrafes de fer, des tiges de 40 à 50 cm de long, pesant de 2 à 3 kg.

Une charpente de jeunes arbres

Contrairement aux idées reçues, le bois de la fameuse charpente du XIIIe siècle n’é...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi