Notre-Dame-des-Landes: vent de zizanie sur la ZAD

Libération.fr
A Notre-Dame-des-Landes, le 15 avril.

Un «comité de pilotage» doit se réunir ce lundi à Nantes pour étudier la régularisation des habitants de la zone à défendre, avant de possibles nouvelles expulsions. Les occupants sont de plus en plus divisés entre ceux qui se sont résignés au processus administratif et ceux qui le rejettent.

A ce rythme-là, c’est tout le gouvernement qui va finir par passer par Nantes. Ce lundi, Stéphane Travert est en effet attendu à la préfecture pour présider le comité de pilotage (Copil) sur le devenir du bocage de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Le ministre de l’Agriculture succède à sa collègue des Transports, Elisabeth Borne, venue parler le 4 mai de l’agrandissement de l’actuel aéroport de Nantes. Nicolas Hulot, lui, était venu il y a à peine un mois, le 18 avril, pour la reprise des négociations après les premières expulsions… Edouard Philippe et son ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avaient gratifié les gendarmes mobilisés sur la ZAD d’une visite surprise le 13 avril. Preuve, s’il en fallait, des multiples facettes que revêt l’abandon du projet d’aéroport.

Les habitants de la «zone à défendre», de leur côté, ont donc été contraints de se calquer sur ce tempo gouvernemental effréné. Le 20 avril, ils s’étaient ainsi résolus à déposer une quarantaine de dossiers «nominatifs», dont 28 projets purement «agricoles», comme demandait le gouvernement. Un «geste de bonne volonté» salué par la préfète Nicole Klein, qui leur a valu une «trêve» de trois semaines dans les expulsions.

Depuis, tous n’ont eu de cesse de rappeler le caractère «interdépendant» de leurs projets: ils rêvaient initialement d’une convention d’occupation collective, comme celle qui a été mise en place au Larzac en 1984 après l’abandon du projet d’extension du camp militaire. La quasi-totalité de leurs «lieux de vie» est ainsi concernée par des demandes de régularisation. Mais rien ne garantit, pour autant, que toutes seront satisfaites. Trois agriculteurs de la ZAD, inscrits depuis plusieurs (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Parité et égalité : Françoise Nyssen prête à conditionner les aides publiques
Attaque au couteau: droite et extrême droite demandent des «actes», le gouvernement réplique
NDDL: nouveau round de discussions lundi sous peine d’expulsions
Xavier Bertrand s’en prend à Pepy et à la «technostructure» SNCF
Pour Bayrou, Macron doit être un «président juste»