Dîners clandestins: au lendemain de sa garde à vue, Pierre-Jean Chalençon s'explique sur BFMTV

Mélanie Rostagnat
·1 min de lecture
Pierre-Jean Chalençon invité de BFMTV samedi 10 avril 2021 - BFMTV
Pierre-Jean Chalençon invité de BFMTV samedi 10 avril 2021 - BFMTV

"Je remercie la police d'avoir été au top." Au lendemain de sa sortie de garde à vue, le collectionneur d'art Pierre-Jean Chalençon a assuré sur BFMTV ce samedi avoir eu à faire face à "des gens tout à fait délicieux". Soupçonné d'avoir organisé des déjeuners et dîners clandestins, qu'il qualifie, lui, de "rendez-vous professionnels" regroupant "une vingtaine de personnes" afin de préparer le bicentenaire de la mort de Napoléon, il regrette que son nom ait été "jeté en pâture".

"Il était tout à fait normal que la police judiciaire nous reçoive et nous demande notre version", souligne Pierre-Jean Chalençon. "Ils cherchaient à savoir ce qui s'était passé et dans quelles conditions ces deux déjeuners et ce dîner s'étaient déroulés."

Évoquant "une audition" davantage qu'une "garde à vue", le collectionneur a répété qu'aucun ministre, "ni même aucun homme politique", n'avait participé à "cette réunion professionnelle de fin de journée" organisée le 1er avril dans l'enceinte du Palais Vivienne dont il est propriétaire.

"Il y a eu beaucoup de fantasmes"

Dans un reportage filmé en caméra cachée et diffusé sur M6 vendredi 2 avril, il assurait pourtant que des membres du gouvernement avaient assisté à ces repas. Des propos sur lesquels il est rapidement revenu, les qualifiant de "blague" et de "calembour".

"Il y a eu beaucoup de fantasmes, et de choses abracadabrantesques qui se sont dites", regrette Pierre-Jean Chalençon qui dénonce "des images tronquées".

"Cela fait quinze mois que les gens sont à cran, avec énormément de personnes dans la précarité, des suicides, des dépressions. Ce n'était vraiment pas le moment de faire ce genre de choses", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com