Détox : laissons faire le corps !

·1 min de lecture

Purifier notre organisme ? Les enzymes qui travaillent nuit et jour dans notre foie sont des expertes en la matière ! Si l'on veut les aider, une seule solution : s'exposer à moins de toxines.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - Les Indispensables n°207, daté octobre/ décembre 2021.

Pas besoin de se mettre la rate au court-bouillon pour se débarrasser des toxines. L’organisme humain possède des méthodes éprouvées pour éliminer les résidus toxiques du métabolisme résultant de l’alimentation ou de l’activité physique : notamment l’urée ou les oxalates, deux produits de la dégradation des protéines, mais aussi l’acide lactique, engendré par la contraction musculaire intense. "Chez un sujet sain, 90 % des toxines viennent de l’alimentation, en particulier de la dégradation des protéines" , explique Denis Foulque, professeur de néphrologie aux Hospices civils de Lyon. Le foie et le rein les identifient et les métabolisent avant de les évacuer par les urines.

Les choses se compliquent lorsque les toxines sont des substances étrangères à l’organisme. "On parle alors de toxines exogènes ou de xénobiotiques", précise Robert Barouki, toxicologue à l'Inserm. Elles résultent de processus naturels, comme les toxines biologiques contenues dans certains champignons ou les hydrocarbures (HAP) libérés par les feux de forêt, ou de processus industriels (pesticides). Surtout ingérées lors de l'alimentation, elles peuvent aussi passer par la peau ou les voies respiratoires.

La plupart des toxines sont éliminées avec les urines

Certaines molécules exogènes sont de simples "cailloux" presque inertes, alors que d'autres sont actives chimiquement : elles peuvent réagir avec les molécules biologiques et léser l'ADN, ou altérer l'efficacité de processus vitaux comme la respiration. Toutefois, le corps a développé une série d'enzymes et de transporteurs capables de les repérer, puis de les détoxifier ou les éliminer. "Une vingtaine d'enzymes sait reconnaître des milliers de substances exogènes !", s'enthousiasme Robert Barouki.

Alors que les substances hydrophiles (comme la plupart des toxines biologiques) sont éliminées avec les urines, les molécules hydrophobes[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles