Publicité

Des députés RN organisent une visite "spontanée" de l'Assemblée à une trentaine d'agriculteurs

Une visite "très spontanée". Ce jeudi 1er février, une trentaine d'agriculteurs a pu entrer dans l'Assemblée nationale pour une visite improvisée à l'initiative de députés du Rassemblement national, a appris BFMTV auprès du député Pierre Meurin.

Venus à Paris pour mettre la pression sur le gouvernement, ces agriculteurs patientaient devant le palais Bourbon, dans l'attente de la sortie du secrétaire général de la Coordination rurale, en rendez-vous avec des groupes parlementaires.

4 invités par député

Alors qu'il déjeunait aux abords de l'Assemblée, Pierre Meurin a aperçu ces agriculteurs et leur a proposé de faire la visite du bâtiment, a-t-on appris auprès de l'intéressé. Chaque député ne pouvant faire entrer que quatre personnes par jour, l'élu a mobilisé plusieurs de ses collègues afin de leur permettre l'accès à tous.

C'est donc grâce à Pierre Meurin, Lisette Pollet, Jocelyn Dessigny, Nicolas Dragon, Christophe Bentz, Philippe Balard et Béatrice Roulleaud que les agriculteurs - membres de la Coordination rurale, de la FNSEA et d'autres non-syndiqués d'après les dires de Pierre Meurin - ont pu arpenter les couloirs de l'Assemblée pendant plus de deux heures.

Ce jeudi matin, la présidente de la Coordination rurale Véronique Le Floch avait appelé sur RMC et BFMTV les agriculteurs "qui souhaitent monter sur Paris" de "venir à l'Assemblée nationale" afin que les députés "puissent venir à leur rencontre".

"Ce n'est pas un appel à manifestation", avait mis en avant la représentante du deuxième syndicat agricole représentatif en France derrière l'alliance FNSEA-Jeunes Agriculteurs.

Plusieurs députés ont publié des photos d'échanges avec les agriculteurs sur leurs réseaux sociaux, comme l'écologiste Sébastien Peytavie. "Les agriculteurs, qui veulent tout simplement rencontrer les députés, sont bloqués aux abords de l'Assemblée nationale par des forces de l'ordre qui violent toutes les lois de la République", s'était également indigné Nicolas Dupont-Aignan.

Article original publié sur BFMTV.com