Publicité

La députée européenne Tatjana Zdanoka soupçonnée d’être un “agent des services secrets russes”

Depuis le Parlement européen, fait-on savoir, ces accusations sont prises très au sérieux. Preuve en est : “des investigations ont déjà été ouvertes”, a déclaré un porte-parole de l’institution, dont les propos sont rapportés par le site d’information européen Politico.

L’affaire en question, qui a déclenché la prompte réaction de l’hémicycle strasbourgeois, concerne Tatjana Zdanoka, une députée européenne lettone, qui serait ni plus ni moins qu’un “agent des services secrets russes”, dénonce The Insider. Ce site indépendant russe basé en Lettonie a en effet publié une longue enquête où il reproche à la politique “d’avoir défendu les intérêts de Moscou pendant des décennies”.

Les preuves de ces accusations se trouvent dans des courriels obtenus par le média qui témoignent d’échanges entre Tatjana Zdanoka, “et ses deux officiers traitants russes où elle décrit de façon explicite et détaillée son travail de députée européenne, et en particulier comment elle s’emploie à faire naître un sentiment pro russe dans sa région”.

D’autres échanges, poursuit le site d’information, “portent sur l’organisation de rencontres à Moscou et Bruxelles avec un de ses officiers traitants et comportent des demandes de financement pour soutenir son activité politique en Lettonie et au Parlement européen. Zdanoka a même demandé au moins une fois de l’argent pour organiser un rassemblement destiné à commémorer la victoire de l’Armée rouge lors de la Seconde Guerre mondiale”.

Exclue du groupe des Verts en 2022

Selon les vérifications effectuées par The Insider, les deux contacts de Tatjana Zdanoka, qui répondent aux noms de Dmitry Gladey et de Sergei Beltyukov, seraient des agents du Service fédéral de sécurité russe (FSB), l’agence qui a succédé au KGB de l’ère soviétique. Les échanges en question auraient au moins duré de 2004, date de sa première élection en tant que députée européenne, à 2017.

Et en mars 2022, Tatjana Zdanoka faisait partie des 13 députés européens qui ont voté contre la résolution condamnant l’invasion russe de l’Ukraine. Une action qui lui avait valu l’exclusion du groupe des Verts/ALE auquel elle appartenait au sein de l’hémicycle strasbourgeois.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :