Publicité

Les démocraties à l’épreuve de l’intelligence artificielle

Un faux enregistrement de Joe Biden appelant les électeurs à ne pas aller voter lors de la primaire du New Hampshire le 23 janvier aux États-Unis ; l’ex-dictateur Suharto ressuscité le temps d’une vidéo pour appeler à voter pour son parti, le Golkar, lors des élections générales du 14 février en Indonésie ; un ministre indien en exercice appelant à voter contre le gouvernement, là encore dans une vidéo contrefaite…

En 2024, la liste des tentatives de manipulation de l’opinion risque de s’allonger chaque jour un peu plus. Près de la moitié de la population mondiale est en effet appelée à voter, soit 3,7 milliards de personnes dans 70 pays, selon le décompte du magazine Foreign Policy, parmi lesquels le plus peuplé (l’Inde), le plus grand bloc commercial (l’Union européenne), le plus grand pays musulman (l’Indonésie), le plus grand pays hispanophone (le Mexique) et la plus grande puissance du monde (les États-Unis).

En 2016, année du Brexit et de l’élection de Donald Trump aux États-Unis, il avait déjà été fortement question de désinformation et d’influence des réseaux sociaux (avec les fermes de trolls russes, notamment) dans les campagnes électorales. Cette fois, les possibilités de manipulation sont démultipliées en raison du développement accéléré de l’intelligence artificielle générative, explique le Financial Times dans l’article qui ouvre notre dossier.

“Jusqu’à cette année, les répercussions de l’IA sur les élections suscitaient des inquiétudes exagérées. Mais à présent les choses s’emballent à une vitesse que ­personne n’aurait imaginée”, explique un expert au quotidien britannique. Pour son article, très complet, Hannah Murphy a interrogé de nombreux experts – en intelligence artificielle, en désinformation –, des responsables d’ONG…, et ses conclusions font frémir.

Pourquoi ? Parce que la manipulation est désormais à la portée de tous. “L’avènement de l’IA générative, écrit la journaliste, avec ses outils multimodaux qui mêlent texte, image, audio et vidéo, change radicalement la donne : il est aujourd’hui à la portée du premier venu, ou presque, de créer de faux contenus et de les faire passer pour vrais.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :