Publicité

La démission d’Amélie Oudéa-Castéra n’est pas réclamée par ces députés insoumis qui la défendent ironiquement

POLTIQUE - Un soutien pour le moins inattendu. Les jours passent et Amélie Oudéa-Castéra ne parvient toujours pas s’extirper complètement des polémiques qui la poursuivent depuis sa nomination au ministère de l’Éducation nationale. Dans l’opposition et parmi les syndicats enseignants les appels à la démission se multiplient. Et par sûr qu’elle soit très heureuse du soutien de ces deux députés de la France insoumise.

Amélie Oudéa-Castéra doit-elle démissionner ? On a posé la question dans la manifestation des professeurs

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, Manuel Bompard et Alexis Corbière plaident ironiquement pour son maintien rue de Grenelle. « Qu’elle reste parce que là où elle est, au moins, elle exprime avec la plus grande pureté, le mépris de la caste qui est au pouvoir aujourd’hui pour l’école publique, pour l’enseignement public » a ironisé le coordinateur de LFI, 4 février sur le plateau de BFMTV. « Au moins, elle a permis de mettre sur la place publique cette question du séparatisme scolaire dont on ne parle pas suffisamment », a-t-il poursuivi.

Interrogé par TF1 sur le même sujet ce lundi 5 février, son collègue député Alexis Corbière, a eu une réponse similaire : « J’ai envie de dire presque qu’elle reste parce qu’elle est le meilleur émetteur de mobilisation dans le milieu enseignant, plus fort que les organisations syndicales depuis quelque temps ».

Amélie Oudéa-Castéra, confrontée à une série de polémiques depuis qu’elle a hérité de l’Éducation nationale, « a la confiance du président de la République, du Premier ministre », a cependant assuré sur France 3 sa collègue Marie Lebec, ministre déléguée chargée des Relations avec le Parlement.

Selon plusieurs sources au sein de l’exécutif, le maintien à son poste de la ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques interroge au plus haut niveau de l’État alors que de nouvelles nominations pour compléter le gouvernement son attendues dans les prochaines heures.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre Israël-Hamas : Macron réfléchit à un hommage aux victimes françaises à Gaza (mais pas le 7 février)

François Bayrou relaxé par la justice dans l’affaire des assistants d’eurodéputés du MoDem