Publicité

"Un délai de décence": Emmanuel Macron justifie l'interdiction des manifestations pro-Palestine

Lors d'un échange informel avec des jeunes à Paris, Emmanuel Macron a justifié l'interdiction systématique des manifestations en soutien à la Palestine par le ministère de l'Intérieur.

Il fallait un "délai de décence" a souligné le chef de l'État. Il a mis en évidence la présence "d'éléments radicaux" dans les manifestations en Europe.

"Il y a des gens qui veulent manifester de façon pacifique mais dedans il y a des éléments radicaux et qui brûlent des drapeaux israéliens. Nous on a une voix pour la paix et ça c'est beaucoup plus efficace, croyez-moi", a-t-il expliqué à un jeune.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Cette décision a depuis été étudiée par le Conseil d'État. Mercredi, il a convenu qu'il revenait aux préfets d'apprécier "au cas par cas" les risques liés à la tenue de ces manifestations, notamment la menace ou non de troubles à l'ordre public.

Depuis le 7 octobre dernier et les attaques terroristes du Hamas en Israël, puis la riposte menée par Tel-Aviv contre Gaza, des manifestations ont été organisées. Certaines ont eu lieu malgré l'interdiction demandée par Beauvau, comme à Lyon.

Un risque de "division" en France

Emmanuel Macron a également mis en garde contre l'importation du conflit en France sur le plan politique. Il a souligné le risque de "division" dans le pays si la crise est "mal" gérée.

Prié de dire s'il comptait se rendre en Israël, le chef de l'Etat a réaffirmé qu'il le ferait "quand c'est utile". "Si je vais dans la région, c'est pour essayer d'apporter une solution utile", a-t-il dit sur les quais de la Seine.

Article original publié sur BFMTV.com