Publicité

Déficit public : Gabriel Attal fixe deux lignes rouges mais maintient l’objectif de 3 % du PIB en 2027

Gabriel Attal, au 20h de TF1 le 27 mars 2024.
ALAIN JOCARD / AFP Gabriel Attal, au 20h de TF1 le 27 mars 2024.

POLITIQUE - On ne sait pas encore exactement ce qu’il va faire, mais on sait ce qu’il ne fera pas. Le Premier ministre Gabriel Attal a maintenu l’objectif d’atteindre les 3 % de déficit public en 2027, malgré le chiffre dévoilé par l’INSEE pour 2023 supérieur de 0,6 point aux prévisions du gouvernement. Pour y parvenir, le chef du gouvernement mise sur « le travail » avec l’objectif du plein-emploi à la fin du quinquennat. Mais ce mercredi 27 mars, il a écarté d’emblée d’autres pistes fiscales.

Déficit public : Agences de notation, JO… Attal et le gouvernement face au casse-tête du calendrier des économies

Sur le plateau du 20h de TF1, Gabriel Attal a fixé ses deux « lignes rouges ». La première : « ne pas augmenter les impôts des classes moyennes, des Français qui ont travaillé toute leur vie ou des Français qui ont travaillé toute leur vie et qui gagnent toujours un peu trop pour avoir des aides mais jamais assez pour pouvoir s’en sortir convenablement tout seuls », a-t-il affirmé fidèle à la ligne dictée par Emmanuel Macron dès 2017. La deuxième : « je n’augmenterai pas les impôts pour ce qui permet de financer le travail de Français », a-t-il asséné.

Le chef du gouvernement ferme ainsi la porte à une mise à contribution des entreprises. Y compris des plus grandes ? L’idée de « taxer les superprofits » a fait son chemin au sein du camp présidentiel, portée notamment par le MoDem de François Bayrou et la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet.

Mais le ministre de l’Économie Bruno Le Maire la refuse catégoriquement. S’il dit ne pas avoir « de dogme » sur le sujet, Gabriel Attal n’est pas enthousiasmé par cette idée qu’il semble remiser. Il a en revanche évoqué une possible amélioration de celle mise en place en 2023 sur les grands groupes du secteur de l’énergie, afin d’en augmenter les bénéfices pour les caisses de l’État. « C’est tout à fait une piste qu’on peut poursuivre », a-t-il assuré alors qu’elle n’a rapporté que quelques centaines de millions d’euros et que Bercy en espérait plus de 10 milliards.

Le gouvernement présentera « mi-avril » la trajectoire pour atteindre les 3 % de déficit et fera « fin juin » une proposition pour le prochain budget.

Une nouvelle réforme de l’assurance chômage « dans l’année »

Pour le reste, une seule certitude : une nouvelle réforme de l’assurance chômage - la troisième depuis 2017 - est attendue « dans l’année » sous la houlette de la ministre du Travail Catherine Vautrin. Alors que les partenaires sociaux travaillent sur une réforme similaire pour les seniors, Gabriel Attal a refusé de « percuter » les négociations en cours. Elles doivent s’achever le 8 avril. Ensuite, la ministre de Travail aura la charge de « préparer de nouvelles négociations » pour une « vraie réforme, plus globale ».

Le gouvernement touchera-t-il à la durée d’indemnisation des chômeurs ? Aux conditions d’accès ? Au niveau d’indemnisation ? Le locataire de Matignon a laissé toutes les portes ouvertes. « Une des pistes est de réduire la durée d’indemnisation de plusieurs mois » mais « pas en dessous de 12 mois », a-t-il lancé, alors que la durée est actuellement de dix-huit mois en règle générale.

Une autre piste pourrait être de toucher aux conditions pour bénéficier de l’indemnisation. Actuellement, il faut avoir travaillé six mois au cours des deux dernières années ; Gabriel Attal a évoqué la possibilité de passer à six mois au cours des 18 derniers mois ou à plus de six mois sur deux ans. La troisième option enfin porte sur une éventuelle baisse de la durée d’indemnisations mais « c’est une piste qui a moins ma préférence » a d’emblée fait savoir le Premier ministre. Une façon de préserver la paix sociale, dans un contexte électoral compliqué pour le camp présidentiel et à quelques mois des Jeux Olympiques ?

Si le contenu reste donc à définir, le Premier ministre a fixé le calendrier : une présentation d’ici l’été pour entrée en vigueur à l’automne. La main est à la rue de Grenelle.

À voir également sur Le HuffPost :

Déficit public : « Tocards de la finance », « cancres de l’Europe », le gouvernement tancé par les oppositions

Dette : le débat sur le dérapage du déficit public tourne au concours Lépine jusqu’au sein du camp Macron