Publicité

La découverte d'un phallus de 2000 ans gravé sur un fort romain surprend les archéologues

C'est une rare découverte réalisée par l'équipe d'archéologues de l'Université d'Alicante à Benidorm, plus précisément dans les ruines du château Toscal De la Cala, un site de fouilles sur la côte méditerranéenne au sud de l'Espagne. Sur place, se trouvait un ancien fort de l'Empire romain qui a été construit à l'an 77 avant J.-C. lors d'une guerre civile. Mais ce "castellum" n'est pas tout à fait comme les autres qui bordent aussi la péninsule ibérique. Il se trouve qu'il a, à l'époque, été décoré par un trio de gravures millénaires, représentant un visage humain, une corne d'abondance et... un phallus, rapporte le journal El Español.

Celles-ci auraient été découvertes par hasard, fin janvier 2020, après de fortes pluies sur cette colline qui se situe à quelques kilomètres de la cité balnéaire, connue pour être un lieu de fête où se rassemblent les touristes. Se pourrait-il que les chercheurs aient trouvé là des graffitis ? Ou ces formes gravées dans la roche avaient-elles une signification rituelle ? La pandémie aura en tout cas permis aux archéologues de travailler dans la discrétion sans attirer les curieux.

L'imagerie phallique était importante dans la Rome antique, car le phallus était censé symboliser la protection, le pouvoir masculin, la sécurité et la chance, rappelle le site Heritage Daily. Il n'est donc en définitive pas très surprenant de retrouver là cette partie de l'anatomie masculine, déjà mise au jour sur des fresques, des mosaïques, des sculptures, des pendentifs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite