Publicité

Découverte d'un escargot fossile "poilu" vieux de 99 millions d'années

Un escargot fossile vieux de 99 millions d'années et sujet d'une étude publiée récemment va être exposé en juin au Musée d'histoire naturelle de Colmar.

Un escargot fossile vieux de 99 millions d'années, "contemporain des dinosaures" et dont la coquille est dotée de "poils courts et hérissés", a été récemment découvert, a-t-on appris le 14 mars 2023 auprès du Musée d'histoire naturelle de Colmar où il va être exposé.

Une pilosité qui a pu avoir de multiples avantages

Prisonnier dans une pièce d'ambre de Birmanie, cette espèce, "nouvelle pour la science", a été baptisée "Archaeocyclotus brevivillosus", indique dans un communiqué le musée alsacien. La coquille, qui mesure 9 mm de long et 3,1 mm de haut, "est notamment caractérisée par des poils courts et hérissés sur l'ensemble de sa périphérie", précise le musée, qui s'est vu remettre ce précieux fossile l'an passé par un collectionneur.

Selon une étude publiée en décembre 2022 dans la revue scientifique Cretaceous Research, cette "pilosité a pu constituer de multiples avantages sélectifs pour ces animaux et donc favoriser notamment leur sortie des eaux vers les milieux continentaux terrestres au cours de l'ère secondaire", poursuit l'institution dans son communiqué.

Une information qui "n'est pas nouvelle" mais qui "corrobore les précédentes : les escargots, au moment où ils conquièrent les milieux terrestres, avaient des poils sur leur coquille", explique à l'AFP le malacologue (spécialiste des mollusques) Jean-Michel Bichain, chercheur attaché au musée et l'un des auteurs de l'étude. Une pilosité qui "leur conférait plusieurs avantages", notamment en matière de thermorégulation ou de lutte contre les prédateurs, en favorisant le camouflage, poursuit-il.

Un gisement extraordinaire

"Il y a 30 espèces d'escargots qui sont connues dans l'ambre birman", une résine fossile extraite de la vallée de Hukawng (nord de la Birmanie) et qui date d'environ 99 millions d'années, explique M. Bichain. Celui-ci insiste sur le caractère "extraordinaire" de ce gisement d'ambre qui "donne une vraie fenêtre sur la biodiversité de l'ère des dinosaures".

Au total, "il y a 200 spécimens ([...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi