Découverte : certains cancers masculins inactivent le chromosome X

NOBEASTSOFIERCE / SCIENCE PHOTO LI / DDJ / Science Photo Library via AFP

C'est une découverte fortuite : le processus d’inactivation du chromosome X, exclusivement féminin normalement, peut aussi survenir dans les cellules masculines lors de certains cancers.

La sérendipité frappe encore ! Des chercheurs du Broad Institute des universités américaines MIT et Harvard ont trouvé tout à fait par hasard un phénomène qui pourrait s’avérer capital pour mieux comprendre, voire traiter, certains cancers : l’inactivation du chromosome X dans un certain nombre de cancers masculins. Leur découverte a été révélée dans la revue Cell Systems.

Un phénomène anormal chez les hommes

Le chromosome X est de manière normale inactivé chez les femmes, qui comptent deux copies de ce chromosome sexuel (XX), alors que les hommes ont un X et un Y. Cette inactivation permet d’équilibrer le dosage de l’expression des gènes de ce chromosome X, afin que les femmes aient un niveau comparable d’expression de ces gènes à celui des hommes, qui n’ont qu’une copie de ce chromosome.

Ce processus est réalisé par un long ARN non codant nommé XIST (pour "X Inactive Specific Transcript" en anglais), situé dans le chromosome X. Une fois exprimé, cet ARN éteint une des copies du chromosome. "Au début, nous voulions étudier les altérations de ce chromosome chez les femmes, car des fois cette inactivation ne fonctionne plus à cause de modifications génétiques. C’est en étudiant ce phénomène que nous sommes tombés par hasard sur des échantillons masculins qui exprimaient XIST à un niveau comparable à celui des femmes", révèle à Sciences et Avenir Srinivas Viswanathan, spécialiste en génétique des cancers à l’École médicale de l’Université de Harvard et principal auteur de l’étude.

Les chercheurs ont mis en évidence qu’il s’agissait d’échantillons de plusieurs cancers masculins (testiculaire, de l’œsophage, de la peau, du foie ou encore des poumons, entre autres). Cette inactivation était déjà documentée, mais uniquement dans des cancers testiculaires. XIST peut s’exprimer très tôt dans le développement des cellules germinales qui formeront les spermatozoïdes. Lorsqu’un cancer survient à ce moment-là, l’expression de XIST peut être continuée plus tardivement dans le[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi