Publicité

Déclaration de politique générale de Gabriel Attal : ce que pensent ces députés du Premier ministre

POLITIQUE - « Mini Macron », « Macron junior », « le bon élève », à chacun sa formule pour caractériser Gabriel Attal. Le Premier ministre a présenté sa déclaration de politique générale, ce mardi 30 janvier, à l’Assemblée nationale devant les députés. Le HuffPost a profité de l’occasion pour demander aux parlementaires, du bord gauche de l’hémicycle à l’extrême droite, ce qu’ils pensent du chef du gouvernement.

Déclaration de politique générale de Gabriel Attal : les 10 annonces à retenir de son grand oral

« On n’a pas de Premier ministre, on a le porte-parole d’Emmanuel Macron ». Sans surprise, l’élue de Paris Danièle Obono, s’oppose fermement à la politique du chef de l’État et au choix de son Premier ministre. « Il a beau être très jeune, il a des idées très très vieilles, voire carrément réactionnaires » complète-t-elle.

Convictions opposées mais même son de cloche du côté du Rassemblement national. « Gabriel Attal est un Macroniste assez peu original. Sa particularité, c’est peut-être d’être celui, parmi les Macronistes qui ressemble le plus à Emmanuel Macron. En clair c’est un mini Macron », conclut la députée RN, Edwige Diaz.

Philippe, Castex, Borne ou Attal ?

Difficile de trouver dans la Salle des Quatre colonnes où nous nous trouvons, des élus de l’opposition qui parviennent à donner, à Gabriel Attal, des qualités. Le député écologiste, Julien Bayou, ironise sur le fait qu’il « sait d’adapter ». « Il était socialiste à un moment où les socialistes étaient au pouvoir. Il était porte-parole du ’en même temps’ quand Emmanuel Macron prônait encore le ’en même temps’. Et là, il semble très à l’aise dans une majorité de droite où il y a 8 anciens de LR sur 14 ; une majorité clairement Sarkozyste », justifie-t-il.

Pour finir, on leur a demandé de désigner leur Premier ministre préféré, avec au choix, Édouard Philippe, Jean Castex, Élisabeth Borne et Gabriel Attal. Quelque peu embarrassé, le LR Julien Dive hésite et lâche : « Humainement Attal. Politiquement, Castex ».

Edwige Diaz botte en touche avec la formule « bonnet blanc et blanc bonnet ». Même stratégie pour le député Renaissance, Mathieu Lefèvre, « je ne choisis pas entre les Premiers ministres. La majorité a toujours soutenu ses Premiers ministres parce qu’on soutient le choix du président de la République au service d’une France qui avance ». Danièle Obono, elle, en profite pour glisser le nom de son patron et répond « Mélenchon ! ».

À voir également sur Le HuffPost :

Gabriel Attal annonce la généralisation du RSA en échange d’une activité au 1er janvier 2025

Gabriel Attal fait une déclaration de politique générale de droite, la gauche ne le rate pas