Décès de Cécile Renault, spécialiste du fond diffus cosmologique et figure de la vulgarisation

·2 min de lecture

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès brutal de la physicienne Cécile Renault. Pour lui rendre hommage, La Recherche publie sur son site internet l'article qu'elle avait écrit sur l'analyse du fond diffus cosmologique.

"Par sa vitalité et le dynamisme qu’elle savait communiquer à tous ceux avec qui elle a pu travailler, ou simplement partager un moment dans le laboratoire, Cécile a toujours occupé une place privilégiée parmi nous. Au-delà de sa place de collègue, c’était une amie pour beaucoup d’entre nous et il est difficile d'envisager la vie du laboratoire en son absence, où elle laissera un souvenir impérissable." Ce sont par ces mots remplis d'émotion que le a annoncé le décès brutal de l'une de ses physiciennes les plus brillantes, Cécile Renault.

Cécile Renault, grande spécialiste de l'analyse du fond diffus cosmologique

Spécialiste de l'étude du fond diffus cosmologique (rayonnement qui est la plus ancienne lumière observable de notre Univers), elle était aussi une grande figure de la vulgarisation scientifique. "Cécile a toujours assumé un rôle éminent dans la communication et la diffusion de l'information scientifique. Elle s'impliquait aussi fortement dans les manifestations à destination du grand public et des scolaires, où, par son enthousiasme forcené et sa rigueur, elle a su faire connaitre et aimer nos disciplines à un large public", écrit le LPSC.

"Chercheuse en cosmologie, Cécile était aussi vulgarisatrice et médiatrice de talent ; sur son , mais aussi à Grenoble où elle travaillait, explique aussi Marion Sabourdy, chargée des nouveaux médias à La Casemate, le centre de sciences de Grenoble, et enseignante à l'Université Grenoble Alpes. J’ai eu la chance de la côtoyer lors de deux de ses multiples actions. En 2018, lors du Black Matter Day, qu’elle a co-organisé, elle avait proposé aux familles de découvrir sous des . En 2019, elle nous avait fait l’honneur d’être la marraine de , lors de laquelle elle avait accompagné des visiteurs dans la construction d’un univers de space opera, tout en leur glissant subtilement de nombreuses notions scientifiques. Elle restera pour moi un modèle de générosité, d’humour et d’engagement dans les sciences et la culture".

Un [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi